Accueil > Transporteur > OTRE – Vocations 2019 : sérénité et proactivité pour le Transport (...)

OTRE – Vocations 2019 : sérénité et proactivité pour le Transport Routier.

"Réinventons notre manière de travailler pour une meilleure attractivité du Transport Routier."

Entre gilets jaunes, démarche de transition verte et politique fiscale, l’OTRE se veut proactive et envisage un avenir pour le Transport Routier porté par la cohésion du secteur et sa propension à se réinventer.

PNG - 461.7 ko

Légende image : madame Laure DUBOIS, secrétaire générale adjointe, monsieur Jean-Marc RIVERA, secrétaire général de l’OTRE et madame Aline MESPLES, présidente de l’OTRE.

Le transport routier a subi de plein fouet les événements de ces dernières semaines liés au mouvement des Gilets Jaunes. Madame MESPLES, présidente de l’OTRE, revient sur ces moments compliqués pour les conducteurs routiers pris à partie et parfois agressés pendant leur mission (ex : déconnection de câbles de l’attelage pour faire descendre le conducteur de son camion et le molester).

En outre les dommages économiques sont déjà visiblement impactants pour le secteur en ce mois de janvier 2019, ils ne pourront cependant être réellement mesurés et évalués que dans quelques mois, ceci concrètement pour des raisons de volatilité des demandes chargeurs, « ce marché hautement concurrentiel étant de plus en plus instable et donc proportionnellement difficile à anticiper », souligne Aline MESPLES dans son début d’allocution. Des mesures « pansements » sont dors et déjà proposées pour optimiser la trésorerie des entreprises du transports (ex : remboursement anticipé de la TICPE sous réserve de démarche déclarative).

La taxe comme outil de transition énergétique ou « la politique du pollueur payeur »

Un second point préoccupe l’OTRE : la transition énergétique.
En effet, face à des échanges infructueux depuis plusieurs mois, l’OTRE réitère sa volonté d’un accord concernant cette transition qui engagerait équitablement l’état, les constructeurs, les fournisseurs et les distributeurs de carburant, les territoires et les sociétés d’autoroute (un tarif uniformisé serait un premier pas notamment pour les autoroutes selon l’OTRE).

Cet accord souhaité semble encore lointain tant les intérêts et les volontés d’avancer divergent, pour autant, Aline Mesples et Jean-Marc Rivera (Secrétaire Général de l’OTRE) soulignent une grande volonté de fixer un accord qui permettrait enfin d’aller de l’avant sur le sujet, avec une garantie de pérennité de la situation négociée signée pour un minimum de 5 années, ceci pour que les entreprises puissent investir et travailler plus durablement ; en aparté, il est notifié que le coût des véhicules à propulsions dites alternatives est loin d’être satisfaisant, les transporteurs souhaitent un marché plus mature (avec des véhicules dont les missions seraient plus uniformisées pour un TCO nivelé) et un positionnement des territoires et de l’état plus engagé concernant l’approvisionnement en gaz ; à noter que ce sont les transporteurs qui investissent en premier lieu, pour créer ce réseau…

La politique très française du « pollueur payeur » reste également un sujet de crispation pour le transport routier dans sa globalité, Aline Mesples émet, à ce sujet, différentes solutions comme par exemple, le choix, tout en restant dans le cadre d’une politique de taxation, de cibler le contenu plutôt que le contenant, en l’occurrence ici, la marchandise en fonction de la volumétrie de CO2 dégagé, le sujet serait ainsi déplacé, du chargeur… au consommateur final…
Dans ces conditions, le consensus reste semble-t-il encore loin, les acteurs et décideurs concernés étant très nombreux. Cependant, cette décision pourrait accélérer le process de « massification » des marchandises afin d’engager une rationalisation plus effciciente des livraisons pour une démarche finalement plus durable.

Plus concrètement, le programme EVE est déjà engagé par l’ADEME avec les fédérations du secteur (FNTR, TLF et OTRE) pour une vaste campagne de sensibilisation (en partie notamment financée par TOTAL). Cette sensibilisation au process de réduction de CO2, s’effectue en présentiel, les intervenants visitent les chefs d’entreprise, 3 150 entreprises du secteur sont concernées, et l’OTRE a pris en charge 511 d’entre elles pour cette vaste campagne positive.

Aline Mesples, de conclure, que la route est encore longue et que la profession doit faire bloc pour bien appréhender le futur de la profession, encore bien des challenges sont à venir avec de belles avancées technologiques (automatisation, intelligence artificielle… ) comme jalons : « Il faut réinventer notre manière de travailler, nous devons uniformiser nos démarches pour une meilleure attractivité de nos métiers qui sont en pleine transition. »

Catherine Mahe Godeloup pour Truckeditions

Plus d’infos sur l’OTRE, c’est par ici.

23 Janvier 2019, jour des vœux de l’OTRE et jour également du conseil d’administration de l’organisation, avec l’intervention de madame Aline MESPLES, Présidente de l’OTRE et le concours de monsieur Jean-Marc RIVERA, Secrétaire Général de l’OTRE et de madame Laure DUBOIS, Secrétaire générale adjointe. 

Les derniers articles de Transporteur

TRED UNION et LOGCOOP : « l’union fait la force »

Un partenariat gagnant-gagnant pour devenir le premier groupement de transporteurs européens

C’est dans un contexte ultra-concurrentiel, que ce 4 septembre TRED UNION, fondé en 2009, a signé un partenariat avec le groupement européen de transporteurs et de logisticiens LOGCOOP afin de consolider son activité à l’international, ainsi les deux protagonistes représentent un réseau d’agences logistiques dont le maillage devient totalement européen.

Première station GNL/GNC dans le Calvados

Le Groupe Malherbe investit pour un transport plus responsable

C’est toujours avec l’objectif d’être plus performant et de répondre aux exigences du marché que le Groupe Malherbe avance depuis 2000 avec une politique RSE affirmée.

Entre l’implantation d’une éolienne sur site et la constante détermination à diminuer les émissions de C02 des missions de transport, le Groupe, entre 2010 et 2018, a réduit de 19% ses émissions de gaz à effet de serre, tant par des démarches de formation des collaborateurs et de rationalisation des missions que par des investissements verts (nouvelles motorisations alternatives)*.