Truckeditions.com : Actualités du Transport Routier
S'abonner
EN FR

Digitalisation des opérations : Upply donne le pouvoir aux transporteurs

Partager :

Le transport de marchandises, qu’il soit maritime, terrestre ou encore aérien, est un maillon vital et vivant de notre économie, qui mute en permanence pour toujours être plus performant et plus véloce. 

Domaine très concurrentiel, le transport est l’un des premiers domaines à avoir été directement impacté par la digitalisation des opérations en entreprise et sur le terrain, avec comme résultat une multitude de propositions et une interopérabilité des solutions pas toujours au rendez-vous. 

Avec des propositions de solutions digitales toujours plus agiles, les professionnels du transport sont proactifs et savent que travailler dans ce domaine, c’est avant tout accepter l’incontournable vitalité de cette filière protéiforme. 

Nous avons échangé avec Thomas Larrieu, directeur général d’Upply, pour évoquer l’évolution de l’offre Upply et la place de ses solutions digitales dans son écosystème entre bourses de fret, digitalisation et automatisation de la gestion du transport routier et une volonté forte d’apporter plus de réactivité au métier, cet entretien coïncide avec le lancement d’Upply Connect.

Entretien avec Thomas Larrieu, directeur général d’Upply : « Upply donne le pouvoir aux transporteurs »

Truckeditions : pouvez-vous nous rappeler à quelles problématiques vous avez souhaité répondre lors de la création d’Upply, il y a déjà cinq années ? Et dans quel contexte votre solution a-t-elle évolué ? 

Thomas Larrieu :

Upply répond à une première problématique issue directement des interrogations de certains chargeurs, principalement des clients de GEODIS au départ, qui souhaitaient avoir plus d’informations et surtout comprendre l’évolution des prix du transport, que ce soit pour le transport routier, le transport maritime ou le transport aérien tant au niveau national qu’international. Cette première préoccupation a été à la base de la création d’Upply en 2018, il fallait des réponses tangibles, actualisées et adaptées aux besoins des expéditeurs chargeurs.

Dans ce contexte, Smart a vu très rapidement le jour puisque nous avons mis en place ce premier outil qui permettait de collecter de la donnée, d’avoir un benchmark et de ce fait une vision concrète élargie des indices de prix du marché à un instant T.

Smart est un outil d’aide à la décision qui fonctionne très bien aujourd’hui et qui est utilisé au quotidien par près de 2000 entreprises françaises et européennes. Nous travaillons quasi quotidiennement avec comme « trésor de guerre », une base de plus de 850 millions de données de prix150 grandes entreprises de chargeurs, d’expéditeurs en Europe sont nos partenaires et partagent leurs données avec Upply. Sur la partie analyse de prix du transport routier pur en Europe, aujourd’hui nous revendiquons la place de leader européen.

Smart permet de faire un benchmark très précis avec des évolutions de prix à la semaine sur une origine et une destination donnée.

Truckeditions : vous avez lancé Connect fin mars. Pouvez-vous nous expliquer quels services apporte cette seconde plateforme et de quels constats êtes-vous parti pour la construire ?

Thomas Larrieu :

“Quand les transporteurs reçoivent un appel d’offres, ils connaissent bien sûr leur coût, selon la mission du chauffeur, le type de camion (motorisation etc), le carburant consommé, et l’ajout de leur marge, et finalement ils veulent aussi connaître le marché, pour se positionner et rester compétitifs.

Autre problématique à intégrer : il y a très clairement une offre de transport qui est limitée, notamment parce qu’actuellement, il est de plus en plus compliqué d’acheter des camions : il faut un délai d’environ 18 mois et les prix ont augmenté de 15 % à 20 % l’année dernière concernant les motorisations thermiques (nous sommes sur des gaps plus importants pour les autres motorisations).

Il faut ajouter à ces paramètres la pénurie de chauffeurs, qui est un véritable problème pour la profession et qui va continuer à augmenter. Nous ne sommes pas encore à l’apogée de cette crise en ressources humaines dans le transport routier, puisqu’une des études pour laquelle nous sommes partenaires avec l’IRU anticipe que la pénurie sera vraisemblablement à son maximum en 2026, avec pour référence l’âge de départ à la retraite des effectifs roulant en Europe. 

Donc l’offre est réellement tendue, quant à la demande, même si l’on envisage qu’en 2023 elle va un peu baisser par rapport à 2022 (prévisions du PIB), je pense cependant que le  e-commerce et les activités de rapatriement de certaines industries en Europe et en Afrique du Nord vont faire que la demande de transport routier va continuer d’augmenter, et je considère et c’est un atout stratégique pour le transport routier en France et dans l’Union Européenne. Avec tous ces paramètres, pouvoir gérer et trouver des capacités de transport routier n’est pas toujours aisé, même si les gros chargeurs privilégient d’abord leurs partenaires commissionnaires habituels, qui bénéficient de leur côté, bien souvent d’un maillage conséquent des territoires, cela fonctionne pour 65 à 80 % des opérations en France et Europe. Pour les besoins ponctuels, ce que l’on appelle « du spot », cela devient de plus en plus compliqué de « trouver le bon transporteur, au bon moment, pour la bonne mission. »

En plus d’une aide à la décision, nous voulions aussi aider les professionnels à trouver les bonnes solutions pour leur transport et les missions spécifiques entre autres, qui nécessitent un camion adapté à son chargement avec tel ou tel type de motorisation selon la demande du chargeur et ses contraintes environnementales ? Nous voulions donner la main aux transporteurs pour qu’ils puissent proposer leurs services selon les missions, leurs localisations et tous les autres facteurs inhérents. 

Il nous a fallu un peu plus de 18 mois pour interviewer les transporteurs routiers (PME et TPE) et les expéditeurs pour leur demander quel serait l’outil idéal demain ? Quels seraient leurs besoins pour avancer d’une manière plus agile ? La réponse a été très concrète : « j’ai du travail, j’ai même beaucoup de travail, et ça c’est très bien ! Par contre concernant ma trésorerie, ce n’est ni pratique ni facile au quotidien : les prix sont serrés et je suis payé à j + 45 voire j + 60, alors que j’ai mon gazole et mes péages à régler entre autres loyers et frais de fonctionnement… »

Truckeditions : dans ce contexte, qu’est-ce que signifie pour vous « donner plus de pouvoir aux transporteurs » avec Upply Connect ?

Thomas Larrieu :

“C’est faciliter les échanges entre les protagonistes et sécuriser la facturation pour le transporteur, ainsi il n’y a plus de retards de paiement. Il envoie sa facture à Connect, nous centralisons les éléments, lettres de voiture et autres documents, qui attestent la livraison et si tout est valide, le paiement arrive sur le compte bancaire du transporteur, 7 jours après le transport effectif. Connect est, comme son nom l’indique, une plateforme de mise en relation entre professionnels du transport pour travailler ensemble plus facilement, avec en plus, une automatisation des tâches administratives connexes aux opérations de transport.

En outre, Connect rend visibles les transporteurs autant en région qu’en national, de manière à obtenir un maillage intéressant, où tous les acteurs sont accessibles et peuvent être partie prenante s’ils le souhaitent. Après consultation des demandes de transport, le transporteur peut prendre la main et faire une offre pour telle mission, à tel prix. C’est important, Upply est une sorte de plateforme de fret ouverte aux chargeurs et aux transporteurs avec une multitude de services mais il faut le souligner, nous ne sommes pas commissionnaires et nous ne voulons pas l’être. 

Pour fin 2023, nous avons pour objectif d’avoir 2000 transporteurs connectés, via l’appli Connect, à plus d’une centaine de chargeurs. Notre ambition d’ici à 2027 est de gérer 500 millions d’euros de transport à l’année.»

Truckeditions : vous avez mis en place la solution Smart puis la solution Connect, mais derrière tout cela, n’y-a-t-il pas possiblement conflit d’intérêt, puisqu’en tant que transporteur grand logisticien, Geodis a apporté des outils au marché avec la création d’Upply ? On peut s’interroger sur la notion de captation possible de marchés, de nouveaux clients, ou encore d’exploitation de données ? Qu’en est-il réellement ?

Thomas Larrieu :

“Ce point est effectivement stratégique pour nous, et tout est absolument cadré juridiquement, nous respectons strictement la réglementation de la Commission Européenne concernant les échanges d’informations, Upply est une entreprise indépendante, Geodis est cependant un de nos actionnaires et n’a aucun accès à nos données et à nos activités. Geodis est d’ailleurs un de nos clients au même titre que DHLKuehne+NagelXPO et bien d’autres encore. Pour maintenir notre position de compétiteur européen, comme par exemple Transporeon (créé en 2000), nous nous devons d’être irréprochables et juste dans notre rôle de solution digitale destinée à la gestion et à la facilitation des échanges commerciaux de transport.

Sur la partie analyse de prix du transport routier pur en Europe, aujourd’hui nous revendiquons la place de leader européenSmart permet de faire un benchmark très fin avec des évolutions de prix à la semaine sur une origine et une destination donnée. De plus, nous avons fait des investissements conséquents avec une équipe de développeurs et une équipe data très importante, et nous notons en outre, que nous remportons les appels d’offres quasiment à chaque fois.”

Catherine Mahé Godeloup pour Truckeditions

Plus d’infos sur Upply