Accueil > Sécurité et Environnement > Une première station GNL pour PERRENOT

Une première station GNL pour PERRENOT

Propagation du GAZ dans le transport pour la grande distribution



Le GAZ se propage ☺, il a ses partisans. Ses qualités par rapport au diesel sont indéniables. La mise en place d’une station GNL à Saint-Quentin-Fallavier, démontre une fois de plus l’intérêt porté par les transporteurs et leurs clients, pour ce type de carburant.
IVECO, leader en la matière, s’engage encore plus avant, dans ce qui pourrait bien devenir une alternative au gazole durable et exponentielle. Chez PERRENOT chacun des partenaires nous a fait part des arguments qui les confortent dans le bien-fondé de leur choix et de leurs investissements.

JPEG - 87.3 ko

M. Clément CHANDON, Directeur Marketing IVECO France :

PERRENOT, un transporteur à la pointe de l’innovation.

"Pour IVECO, c’est une grande satisfaction de livrer au Groupe PERRENOT, le premier camion GNL alimenté par la première station GNL mise en service sur le territoire français, à Saint-Quentin-Fallavier. Ce groupe a été parmi les tous premiers à utiliser des tracteurs au gaz et à les faire fonctionner au biométhane carburant. Le groupe PERRENOT est composé de transporteurs qui ont toujours été à la pointe de l’innovation, en particulier pour répondre aux exigences de leurs chargeurs, notamment CASINO pour la grande distribution. 
Les diesels sont devenus beaucoup plus propres, mais malgré tout, le gaz, présente des avantages supplémentaires, en termes de particules qui sont dans la limite du mesurable. L’oxyde d’azote est également plus faible, y compris par rapport à la dernière génération des véhicules diesel.

Le réseau de distribution ?

Quand un transporteur s’intéresse aux solutions alternatives pour le transport, et en particulier par rapport au gaz, la première question qu’il se pose concerne le réseau de distribution de ce carburant.

Une autonomie portée à 1 400 kms !

En réalité, rien ne va changer dans son exploitation, il fera le plein chez lui. Il n’a pas besoin que le réseau européen soit complètement constitué pour pouvoir exploiter ses camions. Aujourd’hui, nos véhicules IVECO ont une autonomie de 800 kms, pour une consommation moyenne, demain, avec la même consommation, nous saurons faire, au moins 1400 kms, avec deux réservoirs GNL de 525 litres, fixés à droite et à gauche du châssis. La très bonne rentabilité permet de trouver le point d’équilibre en moins de 2 ans et, au bout de 5 ans, l’économie réalisée sur le coût total d’exploitation du véhicule, se situe entre 24 000 et 50 000 euros par camion".

JPEG - 81.7 ko

M. Alfonso MORRIELLO Président AXEGAZ :

Pouvoir passer au GNL par une simple demande.

"Un transporteur peut s’équipé d’une station GNL privative par une simple demande de cotation. Il faut bien évidemment nous préciser quel types de camions il va exploiter, combien de kilomètres ils vont parcourir et quelles sont ses intentions en termes d’expansion de flotte".

JPEG - 86 ko

M. Philippe ENGUIX, Directeur Transport Groupe CASINO :

Un engagement fort, traduit par des actions concrètes.

"D’ici à 2020, notre engagement est très fort sur une diminution de 20 % des émissions de CO2. Il nous faut traduire cet engagement par des actions concrètes sur le transport, lequel est le troisième contributeur de gaz à effet de serre.
Au niveau du réseau d’approvisionnement, nous avons fait le choix de travailler avec AXEGAZ. L’autonomie de 800 km du véhicule a été pour nous, au travers du GNL, la condition sine qua non pour une utilisation en grand régional, voire en national. En terme de développement, nous n’avons pas l’ambition de faire du marketing de base par l’acquisition d’un seul véhicule, pour montrer nos bonnes intentions. Plus concrètement, pour 2015, nous prévoyons la mise en exploitation de dix véhicules complémentaires de ce type".

JPEG - 95.2 ko

M. Philippe GIVONE, PDG Transports ZAMENHOF Groupe PERRENOT :

Sortir de l’image du transporteur-pollueur.

"Moins polluer et faire moins de bruit est un pari sur lequel nous nous sommes engagés. Récupérer les déchets dans les magasins, les traiter et les emmener dans une usine de méthanisation, pour ensuite utiliser le gaz et faire rouler nos véhicules, nous donne la satisfaction de concrétiser ce pari. Mais, pour que ce pari puisse fonctionner, il faut une pertinence opérationnelle, très peu de contraintes en terme d’exploitation et une pertinence économique.
Evidemment, nous avons un surcoût sur l’achat du matériel qui est de l’ordre de 50 %.

Ce surcoût est relativement mesuré sur l’entretien, par contre nous avons un retour sur investissement généré par le moindre coût de l’énergie. J’estime que notre flotte alternative devra représenter, en 2016 et 2017, aux alentours de 30 % des 3000 véhicules qui constituent notre parc. Nous sommes poussés par nos clients et par les pouvoirs publics. Il faut, par conséquent que nous soyons capables de proposer des solutions alternatives. Nous devons sortir de l’image du transporteur-pollueur.

Notre capital sympathie est relativement déficitaire dans notre profession, c’est donc à nous d’être innovants pour que nos clients soient capables de nous accompagner. C’est une nouvelle et belle aventure que nous allons continuer à vivre avec nos clients et les constructeurs".

Propos recueillis par André GODELOUP pour Truckeditions.

Plus d’infos sur AXEGAZ

Plus d’infos sur IVECO et le GNL

Intervenants : M. Clément CHANDON Directeur Marketing IVECO France. M. Alfonso MORRIELLO Président AXEGAZ. M. Philippe ENGUIX Directeur Transport Groupe CASINO. M. Philippe GIVONE PDG Transports ZAMENHOF Groupe PERRENOT.

Journaliste : André GODELOUP. Image : Vincent MAHE. Montage : Sébastien PERESSE. Ligne Editoriale Catherine GODELOUP. Production exécutive : GODELOUPROD. Musique : Paramedic Dubs Medical.

Les derniers articles de Sécurité et Environnement

Connaissez-vous le DVS ?

Assistance à la conduite en sécurité, une nouvelle étape obligatoire vers la ville nouvelle génération ?

Avec le nouveau programme de sécurité routière initié à Londres cet automne, il ne suffit plus d’avoir une motorisation propre pour pouvoir livrer en ville…

Les normes de vision directe instaurées dans ce programme londonien imposent de nouvelles configurations pour la sécurité de tous en ville et ce sont les camions qui seront impactés dans ce nouveau cap vers les villes nouvelle génération. Et si cette mesure s’avère positive, elle sera sensiblement reprise par les responsables municipaux du monde entier.

Le but de ce programme est avant tout d’éviter les accidents liés aux usagers piétons et cyclistes dans les rues des grandes agglomérations.
En effet, il est facile de constater que les angles morts des camions et le fait que même le conducteur le plus attentif et le plus expérimenté ne peut porter son attention sur tous les angles de son véhicule de manière simultanée, nous parlons ici, bien entendu, de véhicules non-équipés de capteurs et de caméras.

« Le camion électrique devrait devenir la norme dans les zones urbaines »

Deux DAF CF Electric livrés à Rhenus Logistics

À l’heure où l’Europe n’a pas toujours des comportements éthiques, en l’occurrence, ce vendredi sera le jour du dépassement* (source France Info), en effet notre vieille Europe consumériste aura épuisé le 10 mai les ressources naturelles que nous devrions « utiliser » pour 12 mois.
En ces temps critiques, les constructeurs de VI proposent et testent des solutions alternatives pour optimiser l’impact écologique de cette surconsommation européenne avec une démarche de décarbonisation des missions de livraisons.