Accueil > Economie et Logistique > Circulez ! Y’a rien à voir...

Circulez ! Y’a rien à voir...

Extrait de la Newsletter 490 de L’OTRE, HUMEUR, 05.10.2012

Dans son dernier communiqué de presse, l’OTRE donnait un avis plutôt favorable au ministre des transports pour sa feuille de route des transports routiers de marchandises. Cependant, il est un dossier qui n’est absolument pas abordé dans ce programme : la circulation des véhicules à 44 T…
Solidarité gouvernementale oblige ??? C’est vrai qu’au sortir des positions de chacun sur le traité européen, il aurait été malvenu de froisser Cécile, Jean-Vincent et les autres !
Pourtant, il était intéressant de savoir comment le ministre envisage la circulation des marchandises sur la route à l’avenir, sans pour autant délaisser l’amélioration du fret ferroviaire. Cela n’a pas été fait. C’est une occasion ratée, mais dont acte !

En attendant, la question n’est toujours arrêtée. Si nous reprenons les textes en vigueur, il y a une disposition légale, et un décret qui règlementent principalement la circulation à 44 T. Et si on s’attache à ces textes, actuellement tout le monde peut rouler à 44 T sur 5 essieux, et l’obligation de rouler à 6 essieux dès 2014 est toujours en vigueur. Enfin, il reste le projet de décret reçu de l’ère MARIANI qui devait annuler la circulation à 6 essieux et mettait en place une nouvelle répartition des charges sur les 5 essieux. Projet que l’OTRE avait dénoncé, non dans son principe, mais dans la répartition qu’il voulait adopter : 11,5 T sur l’essieu moteur et 27 T sur le tridem arrière. Hérésie pour le monde du transport routier.

Ce projet de décret était en veille au conseil d’état. Les hauts magistrats auraient désormais donné un avis favorable au texte, et celui-ci serait prochainement signé. Mais, nouveau problème ! Ce décret ne viendrait pas supprimer le 6e essieu. Au contraire… Il viendrait s’ajouter au décret relatif au 6e essieu. Autrement dit, dès la parution du texte (1er janvier 2013 ?!), la circulation à 44 T ne serait autorisée que si la répartition 11,5 / 27 T est respectée. IMPOSSIBLE en l’état actuel des matériels ! Et pire, 1 an après il faudrait avoir 6 essieux pour rouler à nouveau à 44 T, faute de ne pouvoir respecter la répartition des charges.
À y regarder de plus près, ce serait tout simplement la mort du 44 T !

À qui profite donc le crime ?! À la tranquillité politique du gouvernement envers leurs « amis » verts ? Ou alors le gouvernement a-t-il négocié la restriction de l’enveloppe budgétaire allouée aux collectivités territoriales contre la circulation à 44 T qui abimerait de trop leurs routes ?
Nous n’en sommes pas encore tout à fait là, et rien n’est encore définitivement arrêté. Mais le temps presse. L’OTRE a fait part au ministre des transports de ses inquiétudes sur le sujet cette semaine. Monsieur CUVILLIER a démontré avec la taxe poids-lourds qu’il pouvait revenir en arrière et entendre ce que les transporteurs avaient à lui dire. Nous pouvons donc espérer qu’il procèdera de la même façon sur cette question.
Dans le cas contraire, il arroserait un peu plus le terreau de l’Union de la profession. Et la colère pourrait de nouveau monter ; qui sait…

Source ICI

Vous souhaitez lire la newsletter de L’OTRE dans son intégralité,
cliquez ici

Les derniers articles de Economie et Logistique

Actu Post-COVID 19 : RENAULT TRUCKS pourrait supprimer 463 postes

Le constructeur français envisage une restructuration de son organisation afin de réagir à la baisse de son activité post-COVID 19.

Rationaliser est le maître-mot pour cette filiale du Groupe Volvo, malgré son leadership dans certains segments de la vente de véhicules industriels en France, il semble que l’entreprise soit, quelque peu, fragilisée par l’arrêt momentané de notre économie pendant la période de confinement qui a brutalement stoppé ou parfois ralenti notre activité économique.

Cargonexx s’implante en France

L’intelligence artificielle au cœur de la supply chain

La start-up Cargonexx a été créée à Hambourg en 2016 avec pour mission explicite d’optimiser la rentabilité des camions grâce à l’utilisation de technologies de pointe.
Les algorithmes mis en place et le machine learning ou approche statistique permettent de faire évoluer le système d‘analyse fine très rapidement. Cargonexx entend ainsi accompagner une nouvelle ère de la logistique, c’est parce que les véhicules sont de plus en plus connectés que l’utilisation de l’intelligence artificielle est devenue pertinente, analyse des datas collectées et machine learning combinés permettent une grande optimisation des processus et donne l’opportunité de répondre à la pression économique et environnementale actuelle.