Accueil > Economie et Logistique > Les camions sur la bonne voie : transport multimodal

Les camions sur la bonne voie : transport multimodal

"Yaka" mettre les camions sur les trains ! Oui, mais sur quel train ?



Evidemment que certaines marchandises peuvent circuler dans des camions placés sur les trains… Evidemment que les transporteurs routiers sont d’accord… Nous avons demandés l’avis de deux transporteurs. Patrick Lahaye et Jean-Yves Gautier respectivement PDG du Groupe Lahaye et du Groupe STG.

Patrick Lahaye,
« Je suis un fervent défenseur du transport multimodal mais d’une manière structurée et rationnelle, pas n’importe quoi à n’importe quel prix !
Nous sommes des utilisateurs potentiels conséquents. Nous aimerions pouvoir utiliser beaucoup le réseau ferroviaire, encore faudrait-il que ça marche ! On a actuellement d’énormes difficultés à faire fonctionner le transport multimodal.
Quel est actuellement l’intérêt de faire conduire deux chauffeurs de nuit pour acheminer des marchandises, de Lille à Bordeaux alors que ce serait beaucoup plus simple et plus rentable avec le train. »

Jean-Yves Gautier
« Les transporteurs routiers attendent avec impatience de faire du transport par caisses mobiles. Au dessus de 600 km, nous sommes preneurs.
Les réseaux ferroviaires sont au moins aussi saturés que les réseaux routiers : un train de voyageurs circule de 6h du matin à 22h, ensuite le temps restant est utilisé pour l’entretien des voies, il n’y a pas de déviation possible sur ce genre de réseau, tout cela est donc assez complexe.
Il faut maintenant attendre l’installation du TGV avant d’avoir un transport ferroviaire correct, tout ceci pas avant l’horizon 2010/2012.
Un investissement très important est nécessaire pour cela, il faut une véritable volonté politique. »

Et en ce qui concerne le prix du gazole ?

Patrick Lahaye
« Uniquement pour les transports Lahaye, le surcoût du carburant d’une année sur l’autre, se situe entre 2 et 3 millions d’Euros. A fin juin, nous étions déjà à 1,5 million de plus que l’année dernière pour un nombre de litres équivalent. »

Jean-Yves Gautier
« Ce surcoût touche le niveau de rentabilité des entreprises de transport et de leurs clients, ces fluctuations de coûts grèvent aussi le budget du consommateur. »

Patrick Lahaye
« Le prix du carburant dépend du marché mondial. Le prix du baril n’est pas défini par l’état, il y a cependant un problème de taxes, il faudrait arriver le plus vite possible à un système de prix professionnel européen pour le gazole. On ne cherche pas à faire du résultat sur le prix du gazole, mais simplement sur notre métier.
Il existe des moyens qui permettraient d’augmenter la production sans augmentation globale de consommation. On pourrait même la diminuer. Par exemple passer de 40 à 44 tonnes : moins de camions sur les routes et par conséquent moins de consommation. Tout le monde constate un trafic de camions de plus en plus dense sur les routes, or aujourd’hui il n’y a pas d’alternative ferroviaire à ces problèmes. »

Intervenants dans ce reportage Truckeditions : M. Jean-Yves Gautier et M.Patrick Lahaye
Reportage Truckeditions Vincent Mahé
Production exécutive Godelouprod
Reportage Truckeditions publié le 23 septembre 2008

Les derniers articles de Economie et Logistique

Cargonexx s’implante en France

L’intelligence artificielle au cœur de la supply chain

La start-up Cargonexx a été créée à Hambourg en 2016 avec pour mission explicite d’optimiser la rentabilité des camions grâce à l’utilisation de technologies de pointe.
Les algorithmes mis en place et le machine learning ou approche statistique permettent de faire évoluer le système d‘analyse fine très rapidement. Cargonexx entend ainsi accompagner une nouvelle ère de la logistique, c’est parce que les véhicules sont de plus en plus connectés que l’utilisation de l’intelligence artificielle est devenue pertinente, analyse des datas collectées et machine learning combinés permettent une grande optimisation des processus et donne l’opportunité de répondre à la pression économique et environnementale actuelle.

De l’usine au consommateur final, la logistique se mondialise

Un nouvel accord de coopération entre CEVA et CMA CGM marque une étape dans le partenariat stratégique des deux grandes entités.

CEVA Logistics est un groupe créé par le fonds Apollo résultat de la fusion de TNT (Pays-Bas) et de EGL (US), son activité sur les routes s’étend en Europe, en Asie et sur le continent américain avec près de 56 000 collaborateurs, c’est le cinquième groupe logistique au monde.

CMA CGM, déjà actionnaire majoritaire de ce groupe est convaincu du potentiel de croissance de ce projet industriel commun.
Une future collaboration stratégique entre CEVA Logistics et CMA CGM générera de nouvelles opportunités commerciales, soutenues par un investissement dans la transformation numérique et une efficacité opérationnelle.