Accueil > Sécurité et Environnement > Le gaz naturel, agent de salubrité publique

Le gaz naturel, agent de salubrité publique

Qui aurait pu penser que le gaz naturel qui chauffe nos maisons et cuit nos aliments, est également capable de sauver la santé des citadins en remplaçant le gazole dans les camions et camionnettes de nos villes ?

JPEG - 125.7 ko

Le gaz naturel a été un "carburant national" pendant les années noires de l’Occupation, et a perduré dans le Sud-ouest de la France sur des automobiles et utilitaires jusqu’au début des années 50. Puis les pouvoirs publics l’ont banni des véhicules et cantonné aux utilisations domestiques et industrielles, en favorisant l’essence pour les voitures et le gazole pour les camions. A partir de 1990 les règlements européens sur les émissions polluantes ont nettoyé progressivement les fumées des diesels tandis que la campagne pour réduire les émissions de CO2 favorisait paradoxalement le même diesel au détriment de l’essence, au point de le retrouver sur les voitures circulant en ville.

Dans l’échappement des diesels il subsiste néanmoins les plus fines des particules de carbone auxquelles on attribue un impact particulièrement nocif sur la santé. Pire, on ne sait même plus quantifier et réglementer leur teneur dans les fumées d’échappement, au-delà d’Euro 6 !

JPEG - 46.1 ko

Légende de l’illustration :
>Iveco a homologué en Euro 6 son tracteur Stralis AT 440S33 T/P à moteur GNV Cursor 8 de 330 ch /1300 Nm et alimentation mixte GNC/GNL avec un réservoir cryogénique de GNL de 567 l côté droit et 4 réservoirs en acier (volume total 280 l) de gaz comprimé côté gauche. Ce véhicule est le premier d’une série commandée par les Transports Perrenot.

Avantages et inconvénients du gaz naturel

Le gaz naturel est du méthane, il contient beaucoup moins d’atomes de carbone que le gazole mais sa combustion ne peut s’effectuer qu’en allumage commandé (avec une étincelle électrique) comme l’essence, et avec un taux de compression comparable.

Les émissions de particules fines sont pratiquement nulles donc largement inférieures à celles d’Euro 6 à condition que le système d’alimentation en air soit du type stœchiométrique (équilibre entre quantités d’oxygène et de carburant) alors que le système "mélange pauvre" à excès d’air ne peut aller au-delà d’Euro 5.

Autre avantage en milieu urbain : en allumage commandé le moteur est nettement moins bruyant qu’un diesel. Ajoutons que le traitement des gaz à la sortie est beaucoup moins difficile et coûteux que sur un diesel Euro 6. Les véhicules GNV restent néanmoins plus chers à l’achat à cause de la conversion en petite série d’un moteur diesel, et du prix des réservoirs. En revanche le gaz n’est pas surchargé de taxes comme le gazole. Mais jusqu’à quand ?

Le biogaz

Le gaz naturel possède un allié efficace, le biométhane (ou biogaz) obtenu par la méthanisation de déchets organiques (ménagers, agricoles, industriels) dans des stations (Lille-Séquedin, Forbach) et injecté dans le réseau GRDF, ce qui prouve son identité au gaz naturel. Le biométhane est classé "énergie renouvelable" alors que le que le gaz naturel est d’origine fossile.

Un véhicule roulant au biométhane a un bilan carbone proche de zéro. La production de biométhane est d’autant plus encouragée qu’elle élimine des polluants reconnus. Le biométhane est acheminé par gazoduc, comme le gaz naturel, et devra être comprimé sous 200 bar avant utilisation sur un véhicule. Alors que le gaz naturel, s’il arrive d’outremer à l’état liquéfié dans des méthaniers, peut être directement transféré vers les stations de GNL puis dans les réservoirs des camions.

JPEG - 70.4 ko

Légende de l’illustration :
> Porteur Scania Biocoop 6x2
Ce porteur Scania est le premier véhicule à moteur GNV livré en France. La Société Biocoop l’exploite en région parisienne. Le modèle est le P340 6x2*4. Le moteur OC09 de 340 ch est associé à une boîte automatique Allison
Le fourgon frigorifique est fourni par Chéreau. 
> Renault D-Wide 6x2/4 de la nouvelle gamme Euro 6 équipé du moteur Cummins-Westport ISL G Euro 6 GNV de 320 ch. La boîte de vitesses est une Allison automatique. La cabine de largeur 2,30 m est celle de l’ancien Premium avec une nouvelle calandre.

L’offre en véhicules biogaz

Après bien des combats d’arrière-garde de l’administration française sur l’homologation des véhicules, des stations et de leur statut (privé et public), les premiers véhicules BOM au gaz ont été mis en service en Vallée de Chevreuse juste avant l’an 2000 en même temps que des autobus urbains à Nantes, puis des porteurs de distribution chez Samada pour Monoprix peu après. Les fournisseurs étaient Iveco qui avait déjà une expérience en Italie et en Espagne, et Renault qui avait fait adapter par PVI un moteur Cummins-Westport GNV sur ses châssis Premium.

Scania a fait une entrée remarquée en France en 2013 avec BioCoop et fait partie en 2014 des fournisseurs de BOM Euro 6 de la Ville de Paris avec Iveco et Renault, ce dernier ayant équipé sa gamme D-Wide d’un Cummins ISLG Euro 6.

JPEG - 57.5 ko

Légende de l’illustration :
> Le Mercedes Econic à cabine surbaissée est maintenant disponible avec un nouveau moteur fonctionnant au GNV et développé à partir du nouveau moteur diesel Euro 6 OM 936 de 7,7 litres. La version GNV dispose d’une puissance de 320 ch.

Mercedes dispose maintenant d’un Econic avec un nouveau moteur GNV développé à partir du diesel OM 936 mais ne parle pas encore de modèles Antos au GNV.

Man en revanche montrait à Hanovre un porteur TGM à moteur GNV. Volvo ne partage pas l’enthousiasme de son compatriote Scania et se contente pour l’instant d’un FE pour BOM qui est le cousin suédois du Renault D-Wide avec le moteur Cummins rebaptisé G9K.

Tous ces véhicules ont des moteurs de 7,7 à 9 litres et développent des puissances de 280 à 340 ch. En moyens tonnages il n’y a aujourd’hui que les Iveco EuroCargo et les Daily 70 C de 7 tonnes. En utilitaires, Fiat propose des fourgons jusqu’à 3,5 t, Volkswagen et Opel ont de petits fourgons. Les constructeurs automobiles français sont aux abonnés absents mais admettent que des transformateurs (RMGaz, Hervé Borel) opèrent sur leurs modèles à essence.

M.Vernon pour TRUCKEDITIONS - Décembre 2014

Crédit Images : M.Vernon et GODELOUPROD.

LES LIENS BIOGAZ DU DOSSIER TRUCKEDITIONS :

> Rappel de l’offre des constructeurs au niveau des énergies alternatives (voir le reportage TRUCKEDITIONS)

> Collaboration d’entrepreneurs du Transport pour une route plus propre : Transports MENDY (voir le reportage TRUCKEDITIONS)

> Propagation du GAZ dans le transport pour la grande distribution : Transports PERRENOT (voir le reportage TRUCKEDITIONS)


> Le GAZ et la démocratie : le tour de France de SCANIA (voir le reportage video TRUCKEDITIONS)

> Très nette progression du GNV en Suède : autoalimentaion pour le MERCEDES BENZ ECONIC (voir le reportage video TRUCKEDITIONS)

Les derniers articles de Sécurité et Environnement

Joint venture Volvo et Daimler pour une Europe neutre en carbone

Daimler et Volvo se rapprochent pour accélérer le développement des piles à combustible destinées aux poids lourds

Entre mondialisation et monopole des grandes puissances économiques concernant la fabrication des batteries, Volvo et la division camions de Daimler ont décidé de créer une joint venture pour développer et produire des piles à combustible (hydrogène) pour véhicules lourds.

Les deux entreprises ont déclaré qu’elles seront des partenaires à part égale dans la nouvelle coentreprise. Daimler Truck intégrera toutes ses activités actuelles déjà amorcées et à venir dans les piles à combustible (hydrogène) dans la coentreprise, et le groupe Volvo investira afin d’être partenaire pour moitié dans l’entreprise à hauteur de environ 600 millions d’euros (652 millions de dollars)

Un transport neutre en CO2 d’ici à 2050 est le but ultime de DAIMLER

Les accords de Paris, un challenge seulement européen ?

Alors que les Etats-Unis ont décidé de se retirer des accords de Paris, le groupe Daimler réaffirme son intérêt positif pour cet engagement décisif et démontre par la même que l’innovation continue plus que jamais de faire partie de son histoire, en se fixant pour objectif d’ici 2039 la fabrication de véhicules totalement neutre en CO2, bus et camions confondus, avec dès 2022, une production neutre en CO2 dans les usines d’Europe, l’expression « du puits à la roue » pourra ainsi être enfin concrètement illustrée.