Accueil > Présentation et Essai > Le Grand Défi Consommation : Actros 5 - 1851 LS 4X2

Le Grand Défi Consommation : Actros 5 - 1851 LS 4X2



Testé un camion élu International Truck Of The Year nous est déjà arrivé dans le Grand Défi Consommation, mais il faut avouer que celui que nous testons cette fois, le lauréat 2020, est plus qu’innovant tant dans sa forme, que par les technologies associées qu’il propose pour notamment optimiser la sécurité du conducteur et l’environnement proche du camion, nous parlons ici du dernier né de Mercedes-Benz Trucks : l’Actros 5.

À première vue, l’Actros 5 conserve sa face avant si caractéristique avec l’étoile au centre de la calandre, signature de la marque, cependant, il y a quelque chose en moins quand on découvre ce camion ou bien serait-ce plutôt quelque chose en plus ?

C’est sensiblement ce qui vous interpelle tout d’abord, nous le lisons dans vos commentaires, ce sont les rétroviseurs extérieurs qui sont remplacés par les MirrorCams. Ces deux caméras placées dans deux ailerons au-dessus des fenêtres latérales, nous donnent une meilleure visibilité de l’ensemble de l’attelage, elles suppriment les angles morts, et sont aussi un des atouts de l’Actros 5 pour gagner en aérodynamisme et en consommation de carburant, le constructeur allemand leur attribue d’ailleurs 1,5% de la consommation optimisée totale.

Mais ne vous y trompez pas, Actros 5 ne se résume pas à ces appendices maintenant presque emblématiques, Vincent et Jean-François nous montrent dans le reportage video Truckeditions, ce que nous réserve la conduite de ce camion, entre vie à bord et comportements de la machine, voyez comment l’Actros 5 réagit en conditions réelles de circulation pendant notre test de consommation.

PNG - 1.6 Mo

Actros 5, un surprenant “poste de contrôle”

Quand on monte dans cette nouvelle cabine StreamSpace, on a tout d’abord une sensation d’espace et de qualité rassurante qui nous rappelle la signature de la marque immuablement présente quelque que soit le type du véhicule et son usage.

Finitions, matières choisies (volant cuir avec 2 pavés de commande “Touch Control”) et ergonomie… C’est la cabine StreamSpace (6 différentes tailles de cabines sont disponibles pour l’Actros 5), celle-ci mesure 2,50 m de large et 2,30 m de profondeur, avec sa hauteur de 1,99 m en central et son plancher plat, on peut aisément se mouvoir debout pour ranger ses affaires1 ou s’installer à la place du passager et remplir des documents sur la tablette rabattable pendant que notre téléphone se recharge sans fil sur la plateforme centrale (wireless charging), c’est un véritable “Sweet” Home Office sur la route, différentes tonalités et intensités d’éclairages led lui concède une atmosphère de travail où concentration et repos sont compatibles alternativement, un autre vrai plus de ce côté, votre ambiance lumineuse personnalisée se réactivera avec vos autres configurations à la simple activation de votre profil (carte) avant le démarrage du camion.

Après en premier lieu, la belle qualité perçue de la cabine, on se laisse envahir par un sentiment plus fort : nous sommes agréablement surpris par l’environnement très high-tech que nous offre dorénavant l’Actros 5 avec pas moins de 4 écrans dans notre champ de vision grandement élargi sur l’espace extérieur.

1(casiers de rangements sous la couchette et au dessus du pare-brise jusqu’à 890 l au total et réfrigérateur de 36 l en option)


PNG - 735.6 ko


La StreamSpace, une cabine ultra-connectée à la route

La planche de bord a été complètement redessinée pour accueillir le MultiMedia Cockpit :
Un premier écran de 31,3 cm (12,3”) remplace l’habituel tableau de bord, matérialisé par le compte-tour et l’indicateur de vitesse. Ces deux incontournables sont heureusement toujours là, complétés par l’affichage intermittent des différentes actions significatives vitales du véhicule et de ses fonctionnalités intelligentes (le choix entre deux styles graphiques différents est possible pour l’affichage écran).

À droite du volant, un second écran de 26 cm (10,25”) est présent avec cette fois, une commande tactile identique à ce que nous connaissons via nos téléphones et autres tablettes du quotidien. Pratique, un menu composé de boutons-raccourcis est placé sous l’écran ce qui facilite l’accès à de nombreuses fonctions du véhicule sans devoir les faire défiler avec le doigt.
Cet écran Multi-Touch donne notamment accès au système de navigation, au téléphone et à la radio ou encore à des actions secondaires comme le chauffage, l’éclairage et les nombreuses options et accessoires que propose l’Actros 5.

Donc, hormis un vrai plus au niveau du confort et un design moderne et soigné, ce poste de conduite donne une avance considérable à l’Actros 5, et la présence des 2 autres écrans placés sur les montants droit et gauche de la cabine, évoqués plus haut va vous conforter dans cette vision d’un nouvel étalon en termes de véhicule industriel.

MirrorCams, un plus pour la conduite ?

Qui dit “poste de contrôle” dit sécurité et c’est peu dire quand on se met au volant de ce nouveau camion…
Parlons maintenant des deux écrans supplémentaires présents latéralement dans la cabine, comme vous le savez, l’Actros 5 n’a plus de rétroviseurs classiques, Mercedes-Benz Trucks a fait un choix radical et audacieux en les remplaçant par des MirrorCams, deux caméras connectées à deux écrans de 38,6 cm (15,2’’) à l’intérieur de la cabine.
Dans les faits cela change beaucoup de choses, déjà dans un premier temps, il faut se débarrasser de tous nos a priori et garder en tête l’intérêt fonctionnel de ces nouveaux outils, les MirrorCams2 suppriment l’angle mort très impressionnant et si dommageable dans beaucoup de situations sur la route.

Ressenti du chauffeur : « C’est à la fois avec de l’appréhension, mais aussi avec une certaine curiosité que j’ai abordé les premiers kilomètres. Dans un premier temps, l’absence des rétroviseurs extérieurs peut déstabiliser le conducteur et mettre le doute quant à notre placement dans le couloir de circulation. Le manque des repères dans l’espace, apportés à la base par les bras de rétro extérieurs, disparaît instinctivement et naturellement. »

Passés la surprise et le changement de repères visuels, il s’avère que ces 2 écrans, qui font accessoirement la même taille que des miroirs de rétroviseurs s’avèrent très complets à l’usage, en effet, ils sont positionnés dans le champ de vision immédiat du conducteur et celui-ci n’a plus besoin de se pencher pour récupérer de la visibilité lors d’un virage ou d’une manœuvre (mise à quai), alors comment ça marche concrètement ?

Une configuration préalable est nécessaire pour obtenir une efficacité totale du système : avant de démarrer son tracteur, il suffit de poser au sol un repère au niveau de la dernière roue de la semi et de caler la ligne bleue présente à l’écran sur sa position (commande sur la porte à gauche), voilà la MirrorCam est calibrée.
En outre, les 3 lignes jaunes à l’écran servent de repères pour évaluer les distances des véhicules qui sont à proximité de l’attelage complet, par exemple, lors d’un dépassement (les repères : 100 m, 75 m et 50 m par rapport au poste de conduite), c’est un vrai plus pour apprécier les distances et se rabattre quand il faut en toute tranquillité.
Ces caméras donnent vraiment une vision élargie, nous voyons bien ce qu’il se passe jusqu’à la dernière roue, même dans des situations où on a des cassures importantes entre le tracteur et la remorque.

Pour aller encore plus loin en termes de sécurité, les écrans préviennent aussi le conducteur à l’aide de pictos et de signaux sonores, c’est la fonctionnalité Sideguard Assist, l’assistant de changement de direction, qui repère tout élément sur la partie droite qui pourrait entrer en collision avec l’ensemble tracteur-semi. Avec ce type d’outil, nous sommes vraiment bel et bien entrés dans l’ère de la conduite semi-automatisée et surtout nous pouvons imaginer une disparition des accidents directement provoqués par les angles morts.

Toujours pour plus de sécurité, un point complémentaire est à souligner : le rétroéclairage des MirrorCams s’adapte selon la luminosité extérieure afin, entre autres situations, de ne pas être ébloui en pleine nuit. Aussi les MirrorCams peuvent être activées en vision nocturne depuis la couchette quand le conducteur est en pause, sans ouvrir les rideaux, elles donnent la possibilité de surveiller la semi de l’intérieur de la cabine quand on souhaite vérifier si tout va bien au niveau de notre chargement.

2 Les MirrorCams proposent soit une vision extérieure classique, soit une vision extérieure large à travers les tablettes placées sur les montants intérieurs de la cabine.


Au volant de l’Actros 5 : un nouveau pas vers la conduite semi-automatisée ?

La chaîne cinématique du véhicule, que nous avons pu tester, est composée d’un moteur OM 471 (12,8 l) Euro 6 D de 520 ch (375 kW) et d’une boîte de vitesses Powershift 3.
Pendant le trajet, nous avons noté une conduite souple grâce à cette chaîne cinématique équilibrée et un ratio de pont de 2.41 qui permet d’avoir un régime bas entre 80 et 90 km/h, tout en nécessitant de pousser les régimes assez haut dès lors que l’on rencontre une difficulté sur le parcours. De plus, il faut également savoir que l’ensemble complet est équipé de pneumatiques Continental de 70 de la gamme Conti EcoPlus, spécialement développée pour un roulage sur autoroute.
Ces pneumatiques ont été conçus pour répondre à une optimisation des coûts d’exploitation avec un rendement énergétique adapté à des kilométrages élevés.

Sur la seconde partie de notre parcours, nous vous rappelons que nous actionnons tous les dispositifs automatisés d’aide à la conduite que propose le véhicule testé avec pour premier maître le nouveau PPC Interurbain qui fait le lien avec anticipation entre le moteur, les freins et la transmission autonomisée, ici avec l’Actros 5, nous découvrons un sentiment nouveau au volant : c’est la machine qui conduit !

Ressenti du chauffeur : « le régulateur de vitesse intelligent PPC s’est montré très efficace. Il peut désormais, en plus de la topographie, être programmé en mode interurbain. Il analyse la sinuosité des routes empruntées, le passage des ronds-points, détecte les limitations de vitesses sur le parcours pour adapter sa vitesse et le franchissement de chaque environnement en mode régulateur automatique. Un vrai changement ! »

Pour commencer, l’Active Drive Assist est activé (ADA3) pour nous aider à maintenir les distances entre notre véhicule et les autres.
Pour aller plus loin, nous tentons l’expérience de lâcher le volant4, cet outil connecté à des capteurs (radar) et aux caméras garde pour objectif de maintenir le véhicule dans sa voie, si vous retirez vos mains du volant comme nous l’avons fait ou si simplement votre trajectoire est déviée, il redresse sa trajectoire et continue sa route sans encombre dans sa voie (repères au sol avec les lignes blanches), par contre si nous n’intervenons pas (après 15 secondes), une première alerte s’affiche en orange sur le Cockpit MultiMedia devant nous, sans réaction, elle passe au rouge accompagnée d’un signal sonore, c’est bluffant !

L’ADA agit en complément du Predictive Power Control (PPC), le régulateur de vitesse intelligent de Mercedes-Benz Trucks qui gère les interactions de la chaîne cinématique connectée en fonction de l’environnement extérieur du camion et de son déplacement, de son chargement et de la vitesse moyenne que vous aurez préprogrammée.
Le PPC agit aussi en se servant de l’Active Brake Assist 5 (ABA 5) de série, en cas de besoin d’arrêt d’urgence à cause d’un obstacle ou simplement pour répondre au trafic routier (stop-and-go).
Le PPC, en tant que système d’assistance à la conduite, régule la vitesse du camion en intégrant des paramètres topographiques (montées, descentes et courbes (virages, ronds points), en tenant compte du chargement de l’attelage des limitations de vitesse et de certains panneaux de signalisation, tout cela en fait un outil ultra-complet dont on ne saurait se passer tant il est devenu indispensable dans sa dernière version perfectionnée (avec une topographie et une cartographie interurbaine affinées du GPS) .

Finalement, le PPC est un vrai message du constructeur, cet outil intelligent est conçu pour rendre le camion le plus sobre possible dans sa consommation de carburant et reste, avant toute chose, une assistance à la conduite, c’est bien toujours le chauffeur qui maîtrise son véhicule par rapport aux situations qu’il rencontre sur la route lors de ses missions de transport.

De plus, la connaissance précise des réseaux routiers secondaires est un atout pour gagner encore en consommation, ce régulateur de vitesses intelligent appréhende sans souci les montées, les descentes, les courbes toujours en tenant compte du chargement du camion.
Cependant, nous avons découverts de nouvelles sensations à l’entrée de certains ronds-points : le système réagit selon les paramètres qui lui permettent d’anticiper (sans obstacle) et avec la vitesse qu’il doit respecter et maintenir, de ce fait l’allure maintenue à 20 km/h dans l’entrée du rond-point nous a un peu étonnée et déstabilisée, sans doute y-a-t-il quelques réglages à faire à ce niveau pour une réactivité et une douceur qui nous paraîtrait plus naturelle en terme de ressenti au volant ?

Ressenti du chauffeur : « L’Actros 5 est le premier véhicule de sa génération à orienter les conducteurs et les transporteurs vers les technologies futures. Ce tracteur se rapproche de façon significative du véhicule autonome de demain. »

3 L’ADA peut être notamment très utile aussi dans le cadre de longues distances à parcourir avec une attention qui faiblit graduellement et qui aboutit souvent avec des moments de somnolence causés par la fatigue ou par la monotonie du trajet en cours.
4 Nous avons testé cette fonction sur une route dégagée pendant le deuxième tronçon de notre parcours.

PNG - 404.3 ko

Le parcours a été divisé en quatre étapes pour affiner les comparatifs en utilisant des situations aux reliefs différents. Divisé également en plusieurs étapes, pour permettre d’en neutraliser une, sans annuler complètement l’essai (accident, travaux, déviation…).

Les résultats du LGDC Actros 5

Dans son ensemble et malgré des conditions de circulations perturbées par de nombreux travaux et un vent moyen, la chaîne cinématique5 très équilibrée du nouveau Mercedes-Benz a absorbé la topographie de l’A84 sans aucune difficulté.

Nous avons même dans le premier tronçon de notre parcours réussi à rouler 13 km sans réinjecter une goutte de carburant grâce à l’EcoRoll du camion, et la performance de consommation totale de l’Actros 5 est bonne puisque la moyenne est de 30.13 litres/100km (de plein à plein**) avec une vitesse moyenne de 77,3 km/h et de 29.54 litres/100km (ordinateur de bord***).

La cabine StreamSpace de prime abord identique à celle de l’Actros 4, garde son rendu très qualitatif et le confort du conducteur y est réel, c’est le poste de conduite qui aura attiré toute notre attention pendant ce test et c’est lui qui confère au véhicule sa vraie différence : piloter l’Actros 5 est absolument captivant tant l’expérience est nouvelle.

En effet, c’est à la fois avec appréhension et curiosité que Jean-François a entrepris les premiers kilomètres.
Au tout début, l’absence des rétroviseurs extérieurs quelque peu déstabilisante nous a fait douter de notre placement dans le couloir de circulation. Assez vite, nous nous sommes adaptés instinctivement. Ce nouveau dispositif de contrôle remplit pleinement sa mission en supprimant les angles morts causés par les rétroviseurs imposants de l’Actros 4, la conduite est encore plus agréable et le sentiment de sécurité accru.

Le cockpit digital est un élément de plus pour le confort du chauffeur, il matérialise le lien d’une manière interactive et novatrice avec toutes les fonctionnalités intelligentes que propose dorénavant Actros 5. Une fois vos paramètres configurés, tout est à portée de main, la planche de bord dotée de tablettes modifie totalement l’environnement du poste de conduite.

Bref l’Actros peut être considéré comme un véhicule futuriste et en avance par rapport à la concurrence. Avec les options ADA et ABA 5, le PPC interurbain complètent l’ensemble des équipements intelligents qui rendent Actros 5 si particulier.
L’Actros 5 est le premier véhicule de sa génération à orienter les conducteurs et les transporteurs vers les technologies futures. Ce tracteur se rapproche de façon significative du véhicule autonome de demain.

PNG - 585.6 ko

Ressenti du chauffeur : « l’Actros 5 mérite une attention particulière, j’ai eu le plaisir de conduire un véhicule différent. Les rétroviseurs remplacés par des MirrorCams et tablettes, un tableau de bord digital, une tablette tactile, une multitude d’options… Bref l’Actros peut être considéré comme un véhicule futuriste et en avance par rapport à la concurrence. Les options ADA et ABA 5, le PPC interurbain complètent l’ensemble des équipements, ce qui projette à mon sens ce véhicule vers le véhicule autonome. »

Pour aller plus loin, après cette vraie nouvelle expérience de conduite, nous sommes curieux, pour notre part, de refaire un test en utilisant le PPC sur la totalité notre parcours, à n’en pas douter la consommation est perfectible avec cette assistance à la conduite poussée. 

CGM pour Truckeditions

5 La chaîne cinématique est composée d’un moteur de 2500 N de 510 CH, de la BV Power shift 3 et d’un pont de 2.41.

Le mot du partenaire :

JPEG - 133.8 ko

Continental, manufacturier de pneumatiques premium et équipementier automobile développe des produits, services et solutions pour une mobilité plus sûre, plus propre et plus intelligente.
Continental, acteur majeur du monde du transport, propose à travers ses différentes gammes de pneumatiques poids lourd, des pneumatiques, neufs et rechapés, adaptés à chaque utilisation - pour le transport de marchandises, de voyageurs et les métiers de la construction.

Partenaire incontournable des sociétés de transport, nous accompagnons les professionnels au travers d’une gamme de pneumatiques, de services et d’offres de solutions digitales. Nous travaillons sur l’optimisation du poste pneumatique et de ses influences sur les coûts d’exploitations.

Réduisiez vos coûts avec Continental

PNG - 221.6 ko

**Résultat donné par le "plein à plein".
Le premier résultat est obtenu par la méthode basique du plein à plein qui permet d’obtenir des mesures comparatives relativement précises, à condition d’appliquer scrupuleusement les mêmes conditions pour chaque véhicule essayé. Même conducteur, même parcours, même remorque, charge identique, même station de carburant, même positionnement à la pompe (emplacement, niveau et alignement du véhicule) et surtout, les remplissages du réservoir avec élimination d’une éventuelle poche d’air compressible et enfin, si possible, les mêmes conditions météorologiques.
C’est une méthode un peu contraignante certes, mais applicable par tout un chacun pour des tests précis en entreprise.

***Résultat donné par l’ordinateur de bord.
Le deuxième résultat est directement donné par le calculateur du véhicule. C’est la méthode la plus rapide et la plus simple. Cependant, le résultat est directement tributaire de la distance calculée par le véhicule et, ce n’est pas un secret, nous avons constaté des différences entre les véhicules eux-mêmes et la distance de référence GPS.

Des tutos pour découvrir Actros 5, c’est par ici 

Crédit :
Réalisation du reportage video Truckeditions : Vincent MAHE - Pilote d’essais Le Grand Défi Consommation : Jean-François MARIE – Digital Manager Catherine MAHE GODELOUP - Musique Motion Array : Good morning – Destiny - Images additionnelles : Mercedes-Benz Trucks - Production exécutive : Videomakersolutions pour Truckeditions 2020.

PNG - 1.7 Mo

PNG - 1.4 Mo

Les derniers articles de Présentation et Essai

Le Grand Défi Consommation : IVECO Stralis NP 460 GNL

Cela faisait longtemps que nous souhaitions, sur le circuit du LGDC, tester un « tracteur gaz ».
Beaucoup controversé notamment par ses détracteurs peu convaincus par une motorisation d’abord historiquement dédiée à des usages urbains (BOM) et des déplacements locaux plutôt qu’à des missions long-courrier, présent en France depuis 2014, le tracteur gaz dans ses versions GNC puis GNL a pourtant toute sa place sur la route.

Alors un point s’impose afin de remettre en perspective le combo motorisation gaz et missions de transport longue-distance. C’est factuel et imparable entre 2014 et 2020, selon l’AFGNV, le parc poids lourds GNV a été multiplié par plus de 16, avec en mai 2020, 4 087 camions GNV qui roulent sur les routes de l’hexagone.

Pour autant et malgré d’importants efforts des régions, des fédérations de professionnels, des fournisseurs de gaz et des constructeurs pour valoriser ces motorisations devenues, semble-t-il, aussi performantes que le Diesel, ce sont encore les chargeurs qui, poussés par la pression éco-législative encouragent clairement cette expansion qui pourrait être plus rapide, les réseaux d’avitaillement se développent doucement mais sûrement pour continuer à diminuer les émissions de gaz à effet de serre avec cette technologie déjà viable.
En ligne de mire, il faut garder en tête le règlement de UE imposé aux constructeurs de poids lourds autour de la problématique de la réduction des niveaux de ces GES (en g CO2e / t.km) pour les véhicules neufs de 15% d’ici 2025 et de 30% à l’horizon 2030.

Tout est question de choix stratégiques et économiques dans cette évolution au long cours, ces motorisations gaz sont opérationnelles et plus vertueuses dans le contexte actuel, contrairement à, par exemple, l’électrique, privilégié pour l’avenir et avec un développement qui semble boosté mais dont l’énergie n’a pas toujours une image si verte dans sa fabrication et dans son stockage pour l’instant, sûrement cela va-t-il changer au fil des évolutions et des innovations technologiques dans ce domaine aussi…

Selon IVECO, impliqué et acteur majeur depuis près de vingt ans dans le développement de la techno gaz, les émissions de CO2 générées par le Stralis NP sont jusqu’à 10% inférieures à son équivalent diesel avec du gaz naturel d’origine fossile, et en privilégiant le biométhane, il peut atteindre jusqu’à moins 95% d’émissions. Quant aux émissions de NOx, elles sont de 60% inférieures aux limites euro VI pour les missions long-courrier.

Mais revenons à notre test LGDC avec Jean-François et Vincent à bord du Stralis NP 460 GNL…

Le Grand Défi Consommation : MAN TGX 18.470 4X2 BLS - EURO 6 D

Dernier opus du constructeur bavarois avant la nouvelle cabine TG, le MAN TGX 18.470, modèle créé en 2001 et relifté en 2008, garde toute sa pertinence de grand routier et c’est bien ce que nous allons vous démontrer avec ce nouveau Grand Défi Consommation.

En effet, avec la sortie juste avant notre grande période de confinement cette année, d’une nouvelle gamme de véhicules présentée comme une solution globale de transport, le constructeur au Lion* mise encore et toujours sur le confort, la puissance de ses chaînes cinématiques et le silence observé dans les cabines des camions, une manière de dire aux chauffeurs qu’ils restent le centre des préoccupations de la marque.

Voyons, avec Jean-François et Vincent, ce que cet incontournable de la route a sous le capot, en dépit de sa « maturité » accentuée par l’arrivée de son benjamin cette année, puisque le TGX version 2018 va être présent sur les routes encore une belle période, intéressons-nous à son comportement et à ses performances pendant ce Grand Défi Consommation de Truckeditions.