Accueil > Présentation et Essai > LE PREMIER GRAND DEFI CONSOMMATION sur TRUCKEDITIONS !

LE PREMIER GRAND DEFI CONSOMMATION sur TRUCKEDITIONS !

L’Actros MERCEDES 1845 relève le Grand Défi Consommation Truckeditions



Lorsque Mercedes Benz souhaite se mesurer aux autres constructeurs en matière de consommation, il annonce carrément un duel réalisé chez les transporteurs. Ce premier essai Le Grand Défi Consommation, est l’occasion pour Truckeditions, de constater si le constructeur allemand est vraiment à la hauteur de ses prétentions.

JPEG - 149.7 ko


Un atout majeur pour tenter de vaincre

À l’évidence, la vedette de cet essai se cache un peu partout dans le véhicule. Il s’agit d’un groupe de capteurs et de calculateurs en liaisons constantes avec les satellites, agissant les uns par rapports aux autres pour donner des ordres à la machine. Un cerveau qui collecte des infos et qui donne des ordres, j’ai nommé le PPC (Predictive Powertrain Control) ! Il en sera largement question au cours de ce Grand Défi. Nous parlerons aussi bien sûr d’aspect du véhicule, d’aménagement de cabine, de conduite et de résultats de consommation.

JPEG - 84.6 ko

Présentation du véhicule testé

VéhiculeACTROS Euro 6
Type1845 LSN 37 OS - Moteur OM471
Empattement3700 m/m
Puissance330 kW (449 ch.) à 1 600 tr/min
Couple2 200 Nm à 1 100 tr/min
Boîte de vitessesautomatisée Mercedes Powershift 3 (12 rapports)
Rapport de pont2.533
CabineStream Space 2m50 Plancher Plat
Pneumatiques70

Positionnement sur le marché : véhicule polyvalent. Moyen et fort tonnage. Idéal pour des régions à relief modéré mais tout à fait capable de remplir des missions en régions montagneuses.

Cible choisie par le constructeur : proposer un véhicule alliant basse consommation, performances et respect de l’environnement.

Mission en entreprise : longues et moyennes distances.

Le Parcours

Pour le Grand Défi Consommation, la Normandie a été choisie pour la diversité de son relief.

JPEG - 151.7 ko

Distances du parcours du Grand Défi Consommation Truckeditions :
Les distances d’étapes et la distance totale (344.12 kms) ont été relevées un fois pour toutes à l’aide d’un GPS. Ces distances référentes seront utilisées pour tous les essais. En complément d’information, les distances données par les différents véhicules seront relevées et comparées aux distances GPS.

Le parcours du Grand Défi est divisé en deux parties sur quatre étapes.

> Première partie avec intervention du conducteur :
Sur la première partie du parcours, le conducteur laisse la boîte automatisée gérer le passage des rapports. Par contre, il intervient sur les systèmes d’aides à la conduite, pour tenter d’en améliorer les résultats. Ce mode de conduite place le conducteur dans une situation de circulation routière qui ne lui permettrait pas d’utiliser, simultanément, tous les systèmes d’aides à la conduite. Sur cette première moitié du parcours, entre Caen et Rennes, le conducteur d’essai gère l’accélérateur et le ralentisseur. Il gère également l’Eco-Roll (maintien d’embrayage ouvert). Le Cruise Control n’est évidemment pas utilisé. La vitesse de croisière est maintenue à 85 Km/h. La vitesse en descente est limitée à 89 Km/h et la reprise d’accélération, en remontée de côte, se fait à 89 km/h.

Utilisation des équipements d’aide à la conduite sur la première partie.
EquipéActivéDésactivéAutoManuel
Cruise Control◼︎◼︎
Ralentisseur◼︎◼︎◼︎
Changements de rapports◼︎◼︎◼︎
Eco Roll◼︎◼︎
PPC avec GPS◼︎◼︎


> Deuxième partie sans intervention du conducteur :
Sur la deuxième moitié du parcours, entre Caen et Rennes, le conducteur d’essai utilise la boîte de vitesses automatique sans aucune intervention de sa part. Le Cruise control est constamment activé. Le ralentisseur et l’Eco Roll (maintien d’embrayage ouvert) sont gérés par l’assistant électronique à la conduite (avec ou sans GPS). L’aide à la conduite est déconnecté et reconnecté à des repères précis, après les départs et avant les fins d’étapes ainsi que sur le contournement d’Avranches, pour s’affranchir d’éventuelles différences de conditions de circulation. La vitesse de croisière est programmée à 85 km/h avec une tolérance de moins 7Km/h avant la reprise d’accélération et une tolérance de plus 4Km/h avant la retenue du ralentisseur, soit une vitesse acceptée en descente jusqu’à 89 km/h.

Utilisation des équipements d’aide à la conduite sur la deuxième partie.
EquipéActivéDésactivéAutoManuel
Cruise Control◼︎◼︎◼︎
Ralentisseur◼︎◼︎◼︎
Changements de rapports◼︎◼︎◼︎
Eco Roll◼︎◼︎◼︎
PPC avec GPS◼︎◼︎◼︎


JPEG - 34.3 ko

Prise en mains

Confort extérieur :
La grande classe
Lignes et courbes harmonieuses. Beaucoup de classe. En harmonie avec les berlines de la marque allemande. Vraiment très dommage que l’accès au coffre extérieur soit difficile même pour une personne de taille moyenne, il faut vraiment un escabeau☺.

Confort intérieur :
Cabine atypique
L’aménagement du véhicule essayé ne présente pas d’intérêt particulier et ce modèle, qui fait partie de l’opération Fuel Duel, n’aura pu être essayé que par des conducteurs en simple équipage. Le siège passager est fixe et on se demande alors à quoi sert l’ingénieuse tablette du tableau de bord inaccessible depuis ce siège. La prochaine fois, nous essaierons un véhicule doté d’une grande cabine "normale" et nous pourrons détailler les éléments de conforts disponibles pour deux éventuels conducteurs. Les matériaux utilisés pour l’aménagement de la cabine sont d’excellente qualité et les couleurs se marient parfaitement. On a l’impression de conduire une prestigieuse berline (à deux portes…☺).
Les rétros sont sans doute trop encombrants avec, de ce fait, un angle mort quelque peu excessif. (Bientôt remplacés par des caméras et des écrans ?☺). Un store électrique remplacerait avantageusement les pare-soleil d’un autre âge pour un camion de cette classe.

Confort de conduite :
Bien-être rassurant
On dit que la première impression ne trompe jamais et cette première bonne impression, lorsque l’on s’installe au volant, se confirme dès les premiers kilomètres. La suspension, d’une souplesse raisonnable et sans balancement excessif, nous installe dans un bien-être rassurant… 


Bruit ambiant mal maîtrisé
Par contre au bout d’un moment, lorsque notre attention se disperse, on ressent un bruit ambiant un peu trop présent… Sans doute la qualité du décor nous prédispose-t-elle à un souhait de silence absolu… Mais, comme l’affirme Jean François " j’ai besoin de sentir vivre la machine" alors disons qu’il s’agit d’un bruit ambiant agréablement vivant... 


Remarquable gestion du PPC (Predictive Powertrain Control)
Par contre, ce qui est très vivant et très actif, et… sans faire de bruit, c’est la remarquable gestion de la chaîne cinématique par l’ensemble des automatismes et aides à la conduite. Le succès de l’opération Fuel Duel MERCEDES-BENZ (presque 100% des consommations gagnées en entreprises) est assurément dû à la nouvelle technologie-moteur. Néanmoins, force est de constater que la gestion automatisée de la chaîne cinématique, contribue énormément aux résultats obtenus. Le PPC (Predictive Powertrain Control) est d’une efficacité redoutable. Non seulement il ne se trompe quasiment jamais, mais, alors que l’attention humaine est faillible et incapable de constance absolue, il est infatigable. J’ai demandé à Jean-François s’il pouvait faire mieux que le PPC : "Presque aussi bien sur un parcours que je connais par cœur, m’a-t-il répondu, mais de toutes façons pas aussi longtemps. Par contre, sur une route que je ne connaîtrais pas, ce n’est même pas la peine d’essayer".

Un Eco-Roll libéré
Avec le PPC, tout est affiné ! Le ralentisseur VOITH se met en action juste à temps, avec toujours la bonne puissance de retenue et se coupe en tenant compte du relief à venir. Même chose pour l’Eco-Roll qui maintient l’embrayage ouvert dans chaque situation propice à une portion de route parcourue gratuitement. Et là encore, c’est très étonnant, parfois on se demande, quand on connait mal la route, quel mouche le pique ? Et puis, plus loin on se résout à constater "qu’il" avait raison : il fallait effectivement "laisser aller" à cet endroit ! L’Eco-Roll, activé avant Avranches dans le sens Caen-Rennes, a permis de parcourir 10 kms avec pour seule consommation celle du régime ralenti.

Peu de retenue par les pièces en mouvement
Il est clair que la retenue des pièces en mouvement a été optimisée sur ce véhicule. A noter également la modularité du ralentisseur VOITH qui favorise l’économie de carburant ainsi que l’aisance de roulage de la semi-remorque Schmitz-Cargobull qui, de ce fait, contribue également à l’économie de carburant. 
 
Optimisation des passages de vitesses
Pour les changements de rapports, c’est encore plus étonnant. Un seul exemple : dans le sens Rennes-Caen, en bas de la côte de Pont Farcy, les informations GPS transmises au PPC ont imposé à ce dernier de laisser chuter le régime moteur suffisamment bas pour accepter de "tomber" 2 rapports d’un seul coup. Résultat : la côte a été montée sans autre changement de rapport, donc sans rupture de couple, sans perte de puissance et de temps. Il se pourrait bien qu’une grande part du bon résultat de consommation de carburant soit due aux performances du PPC. Nous, en tout cas, nous en sommes persuadés !
André GODELOUP pour TRUCKEDITIONS – décembre 2015


Le conseil du pilote d’essai

À propos du PPC, Jean-François remarque très justement, que pour obtenir la meilleure consommation possible avec un confort de conduite inégalé, il faut absolument utiliser le PPC sur toutes les portions de route à 4 voies, voire sur des portions normales sans grande circulation.

Une réserve cependant, concernant son utilisation sur les routes et autoroutes avec des virages serrés, notamment en montagne. Peut-être pourrait-on donner au PPC, une information concernant un chargement ayant un centre de gravité trop élevé ? Critère qui pourrait prévenir des renversements, avec de la viande pendue, par exemple. Par contre, ne pas perdre de vue que le conducteur reste, malgré tout, le seul décideur de l’activation, ou non, du PPC sur des parcours à risques.
 

 Jean-François MARIE : expression directe.
Le positionnement sur le marché du Mercedes Actros 1845 équipé de la cabine Stream Space est, sans doute, le plus polyvalent de la gamme. Très adapté aux moyens, voire longs courriers, ce tracteur simple d’utilisation a démontré lors de ce test, de réelles bonnes performances et un excellent comportement. La cabine, de 2500 mm de large, propose un espace intérieur confortable et volumineux.

Par contre, le déploiement de la couchette unique nécessite quelques efforts d’organisation pour transformer le pseudo salon en chambre à coucher. Le poste de conduite est très agréable, il procure un sentiment de bien-être aux commandes de l’Actros. Le style luxueux des cadrans du tableau de bord est très nettement "marqué Mercedes". Les interrupteurs sont bien disposés et bien répartis. Leur fonction est immédiatement identifiable. Je considère que les rétroviseurs latéraux sont trop volumineux. Ils génèrent, de ce fait, des angles morts importants. La chaîne cinématique est très équilibrée.

Le nouveau moteur Euro 6 deuxième génération, la boîte de vitesses PowerShift 3 et le pont de 2.53, ont permis d’appréhender de façon rationnelle les difficultés topographiques de l’A84. La réactivité de l’Eco-Roll et l’efficacité du Top Torque * ont largement contribué à l’obtention des bons résultats de consommation. Le Predictive Powertrain Control (PPC) nous a démontré sa très grande efficacité. La pertinence de son analyse, avec l’aide du GPS, a permis d’exploiter la chaîne cinématique de façon précise et rationnelle, notamment lors des fortes montées au niveau de Pont Farcy.

Cet essai m’a fait découvrir plus complètement l’Actros. Je suis agréablement surpris par ses performances et le confort de sa cabine. Il est clair que, pendant ce test, il m’a été relativement facile d’obtenir une bonne consommation.
Jean-François MARIE pour TRUCKEDITIONS - décembre 2015

* Top Torque : surcroit de couple délivré à bas régime, si nécessaire, dans le rapport supérieur de la boîte automatisée.

Actros MERCEDES 1845, atouts et redéfinitions
Bien vuÀ revoir
Suspension cabineAccès coffre extérieur
Tablette passager escamotablePas de rideau pare-soleil
Look face avant cabineAngle mort (volume rétroviseurs)
PPC ultra-précisBruit ambiant intérieur cabine
Ralentisseur efficace et modulable


JPEG - 33.6 ko

Résultats consommation sur la totalité du parcours :

Distances
Distance donnée par compteur véhicule
Kilométrage départ21 697.00 kms
Kilométrage arrivée22 048.00 kms
Distance totale

351.00 kms

Distance totale de référence344.12 kms
Écart compteur véhicule et distance référente6.88 kms
Écart %, entre distance référente et compteur véhicule1.99 km/%

Performances sur la totalité du parcours
Durée totale du parcours (chrono)271 minutes
Vitesse moyenne (temps chrono et distance référente)76.18 km/h

Consommation AdBlue
Conso totale AdBlue6.21 litres
Conso AdBlue % (calcul avec distance référente)1.80 litres/100km

Consommation carburant sur la totalité du parcours
Nombre total de litres consommés (distributeur station-service)103 litres
Ecart de température entre départ et arrivée18.1°c
Consommation (plein à plein)29.93 litres/100km
Consommation moyenne du parcours donnée par le véhicule30.50 litres/100km


Pourquoi 2 résultats de consommation différents ?
Il peut sembler étonnant que nous donnions 2 résultats de consommation différents. Explication :

1- Résultat donné par le "plein à plein".
Le premier résultat est obtenu par la méthode basique du plein à plein qui permet d’obtenir des mesures comparatives relativement précises, à condition d’appliquer scrupuleusement les mêmes conditions pour chaque véhicule essayé. Même conducteur, même parcours, même remorque, charge identique, même station de carburant, même positionnement à la pompe (emplacement, niveau et alignement du véhicule) et surtout, les remplissages du réservoir avec élimination d’une éventuelle poche d’air compressible et enfin, si possible, les mêmes conditions météorologiques. C’est une méthode un peu contraignante certes, mais applicable par tout un chacun pour des tests précis en entreprise.

2- Résultat donné par l’ordinateur de bord.
Le deuxième résultat est directement donné par le calculateur du véhicule. C’est la méthode la plus rapide et la plus simple. Cependant, le résultat est directement tributaire de la distance calculée par le véhicule et, ce n’est pas un secret, nous avons constaté des différences entre les véhicules eux-mêmes et la distance de référence GPS.

Performances et consommations par étapes :

Étape 1
Relief  : plat – faux plats - fortes côtes -vallon
Distance de référence113.29 kms
Temps chrono91 minutes
Conso débitmètre véhicule32.90 litres/100km
Vitesse moyenne

74.69 km/h


Étape 2
Relief  : plat – faux plats -vallon
Distance de référence57.94 kms
Temps chrono45 minutes
Conso débitmètre véhicule27.60 litres/100km
Vitesse moyenne77.25 km/h

Étape 3
Relief : plat – faux plats - vallon - fortes côtes
Distance de référence119.04 kms
Temps chrono90 minutes
Conso débitmètre véhicule31.10 litres/100km
Vitesse moyenne79.36 km/h

Étape 4
Relief  : plat – faux plats
Distance de référence53.85 kms
Temps chrono45 minutes
Conso débitmètre véhicule27.60 litres/100km
Vitesse moyenne71.80 km/h

Conditions particulières de l’essai MERCEDEZ-BENZ 1845 :
> Temps partiellement couvert.
> Quelques averses très légères
> Absence de vent
> Ralentissement sur 1.6 kilomètre pour causes de travaux sur l’étape 3
> Ralentissement sur 550 m pour causes de travaux sur l’étape 4

En cas de bouchon  : à l’approche des ralentissements, le chronomètre a été stoppé lorsque la vitesse a chuté jusqu’à 40 km/h. Il a été réactivé à 40 km/h (Cette démarche est équitable, d’abord parce qu’elle sera applicable à tous les essais, ensuite un essai effectué à blanc le 14 octobre 2015 avec le même véhicule, a débouché sur les mêmes résultats que dans des conditions de circulation normale).

Infos complémentaires sur le Grand Grand Défi :

Description des 4 étapes

ÉtapesReliefsDistancesDébut > Fin
1Plat - faux plats - fortes côtes - vallon113.29 kmsCaen > "Aire du Mt Saint Michel"
Départ station-service à Caen
Arrêt situé à 113.29 kms de Caen vers Rennes sur A 84.
2Plat - vallon57.94 kms"Aire du Mt Saint Michel" > Thorigné-Fouillard
Arrêt situé à la périphérie de Rennes sur A 84.
3Plat - vallon - fortes côtes119.04 kmsThorigné-Fouillard > parking restaurant "Le Guilberville"
Arrêt situé à 53 kms de Caen sur A84
4Plat - faux plats53.85 kmsParking restaurant "Le Guilberville" > Caen
Arrivée station-service à Caen

NB : le parcours a été divisé en quatre étapes pour affiner les comparatifs en utilisant des situations aux reliefs différents. Divisé également en plusieurs étapes, pour permettre d’en neutraliser une, sans annuler complètement l’essai (Accident, déviation…).

Le semi-remorque du Grand Défi Consommation Truckeditions :
Tous les essais TRUCKEDITIONS sont effectués avec la même semi-remorque dont l’utilisation est exclusive au Grand Défi CONSOMMATION.

Le semi-remorque du Grand Défi Consommation Truckeditions
ConstructeurSchmitz Cargobull
FourgonType S 3
Poids à vide7 tonnes 851
Longueur13,9 m
Largeur2,55 m
Poids total chargé29 tonnes 780
Pneumatiques385/55 R 22.5

Réglage des pressions des pneumatiques selon directives constructeurs
NB : les pressions des pneumatiques du tracteur et de la semi-remorque sont vérifiées avant chaque départ d’essai du Grand Défi.

Les équipes du Grand Défi Consommation

Les experts techniques du Grand Défi Consommation Truckeditions :
Jean-François MARIE, formateur d’entreprise de transports, a été sélectionné par TRUCKEDITIONS pour conduire chaque véhicule lors des essais.
André GODELOUP, journaliste et pilote d’essai pour la presse écrite pendant une dizaine d’années, a en charge de relever et d’analyser les résultats.
Jean-François MARIE et André GODELOUP donnent leurs avis sous forme de discussions sur les innovations techniques, sur les points positifs et les éventuelles optimisations souhaitables concernant la conduite et le confort du véhicule.

Les Partenaires du Grand Défi Consommation TRUCKEDITIONS

JPEG - 14 ko

Les ralentisseurs hydrodynamiques VOITH améliorent les performances de transport par une participation à la rentabilité, par un renforcement de la sécurité routière et par une amélioration du confort de conduite.

Les ralentisseurs hydrodynamiques VOITH sont rentables par l’amélioration de la vitesse commerciale. Une meilleure gestion des régimes moteurs et des changements de rapports moins fréquents, participent à la diminution de la consommation de carburant. Les coûts d’entretien sont également réduits par l’augmentation de la durée de vie des freins de service, la diminution des
immobilisations en atelier et la protection des chaînes cinétiques.

Les ralentisseurs hydrodynamiques VOITH renforcent la sécurité par une forte puissance de retenue sans provoquer d’usure excessive des freins et en maintenant ceux-ci toujours opérationnels, en éliminant le fading (plaquettes de freins qui, en se consumant, génèrent un gaz qui s’interpose
entre elles et les disques). La combinaison ralentisseur Voith et frein moteur, offre la meilleure retenue possible, sans utilisation des freins de service. Entièrement indépendant du fonctionnement du moteur, le ralentisseur hydrodynamique VOITH est efficace dès les bas régimes. (Exemple : couple de retenue du VR 3250 : 3000Nm à 750 tr/mn et 2000Nm à 500 tr/mn).

Les ralentisseurs hydrodynamiques VOITH améliorent le confort de conduite pour un conducteur, même lorsqu’il est confronté à des conditions difficiles. Le conducteur dépense moins d’énergie par la réduction du nombre de changements de vitesses. Lorsque le ralentisseur hydrodynamique VOITH est géré par les systèmes automatiques d’aides à la conduite, le conducteur peut concentrer toute son attention sur son environnement. Il est alors en mesure de mieux assurer sa propre sécurité et celles des autres usagers de la route.

JPEG - 14.7 ko

Le siège du carrossier allemand Schmitz Cargobull se trouve à Horstmar, à côté d’Altenberge dans le Land de la Rhénanie-du-Nord-Westphalie. Cette entreprise familiale est leader européen pour semi-remorques (remorques-fourgon, semi-remorques bâchées, semi-remorques frigorifiques, semi-remorques à benne basculante) Une large gamme de prestations de services complète l’offre du carrossier : Cargobull Finance - Cargobull Parts & Services - Système d’entretien et de pièces de rechange - Réparation et maintenance - Cargobull Telematics - Télématique de semi-remorques - Cargobull Trailer Store - Commerce de véhicules d’occasion.
L’année 2014-2015 annonce 44 000 semi vendues et un chiffre d’affaires de 1.6 milliard d’euros.

JPEG - 359.9 ko

Réalistation Vincent MAHÉ - Conception globale du format, création visuelle et ligne éditoriale du GRAND DEFI CONSOMMATION pour Truckeditions Catherine Mahe Godeloup - Production exécutive GODELOUPROD 2015 © - Musique FMA Straight to the light 2 by AlexBeroza - The Shine/So far so close / Sketch breakbones by Jazzhar- Image Shutterstock


Les derniers articles de Présentation et Essai

Le Grand Défi Consommation : IVECO Stralis NP 460 GNL

Cela faisait longtemps que nous souhaitions, sur le circuit du LGDC, tester un « tracteur gaz ».
Beaucoup controversé notamment par ses détracteurs peu convaincus par une motorisation d’abord historiquement dédiée à des usages urbains (BOM) et des déplacements locaux plutôt qu’à des missions long-courrier, présent en France depuis 2014, le tracteur gaz dans ses versions GNC puis GNL a pourtant toute sa place sur la route.

Alors un point s’impose afin de remettre en perspective le combo motorisation gaz et missions de transport longue-distance. C’est factuel et imparable entre 2014 et 2020, selon l’AFGNV, le parc poids lourds GNV a été multiplié par plus de 16, avec en mai 2020, 4 087 camions GNV qui roulent sur les routes de l’hexagone.

Pour autant et malgré d’importants efforts des régions, des fédérations de professionnels, des fournisseurs de gaz et des constructeurs pour valoriser ces motorisations devenues, semble-t-il, aussi performantes que le Diesel, ce sont encore les chargeurs qui, poussés par la pression éco-législative encouragent clairement cette expansion qui pourrait être plus rapide, les réseaux d’avitaillement se développent doucement mais sûrement pour continuer à diminuer les émissions de gaz à effet de serre avec cette technologie déjà viable.
En ligne de mire, il faut garder en tête le règlement de UE imposé aux constructeurs de poids lourds autour de la problématique de la réduction des niveaux de ces GES (en g CO2e / t.km) pour les véhicules neufs de 15% d’ici 2025 et de 30% à l’horizon 2030.

Tout est question de choix stratégiques et économiques dans cette évolution au long cours, ces motorisations gaz sont opérationnelles et plus vertueuses dans le contexte actuel, contrairement à, par exemple, l’électrique, privilégié pour l’avenir et avec un développement qui semble boosté mais dont l’énergie n’a pas toujours une image si verte dans sa fabrication et dans son stockage pour l’instant, sûrement cela va-t-il changer au fil des évolutions et des innovations technologiques dans ce domaine aussi…

Selon IVECO, impliqué et acteur majeur depuis près de vingt ans dans le développement de la techno gaz, les émissions de CO2 générées par le Stralis NP sont jusqu’à 10% inférieures à son équivalent diesel avec du gaz naturel d’origine fossile, et en privilégiant le biométhane, il peut atteindre jusqu’à moins 95% d’émissions. Quant aux émissions de NOx, elles sont de 60% inférieures aux limites euro VI pour les missions long-courrier.

Mais revenons à notre test LGDC avec Jean-François et Vincent à bord du Stralis NP 460 GNL…

Le Grand Défi Consommation : MAN TGX 18.470 4X2 BLS - EURO 6 D

Dernier opus du constructeur bavarois avant la nouvelle cabine TG, le MAN TGX 18.470, modèle créé en 2001 et relifté en 2008, garde toute sa pertinence de grand routier et c’est bien ce que nous allons vous démontrer avec ce nouveau Grand Défi Consommation.

En effet, avec la sortie juste avant notre grande période de confinement cette année, d’une nouvelle gamme de véhicules présentée comme une solution globale de transport, le constructeur au Lion* mise encore et toujours sur le confort, la puissance de ses chaînes cinématiques et le silence observé dans les cabines des camions, une manière de dire aux chauffeurs qu’ils restent le centre des préoccupations de la marque.

Voyons, avec Jean-François et Vincent, ce que cet incontournable de la route a sous le capot, en dépit de sa « maturité » accentuée par l’arrivée de son benjamin cette année, puisque le TGX version 2018 va être présent sur les routes encore une belle période, intéressons-nous à son comportement et à ses performances pendant ce Grand Défi Consommation de Truckeditions.