Accueil > Truckeditions à la une > Le design comme vecteur d’économie de carburant

Le design comme vecteur d’économie de carburant

UN "J’AIME" de Truckeditions pour ce sujet. CGM 20 septembre 2012



Il est important de noter que ces travaux de recherche sont avant tout, une source d’inspiration et une étude nécessaire qui aident à se projeter dans l’avenir, ici, le design est un vecteur d’optimisation de l’aérodynanisme du véhicule, ainsi conçu, il allie forme et matériau, une étude comme on aimerait en voir plus.
Le design reste une discipline d’avenir incontournable et passionnante pour l’évolution des objets et ici des véhicules "manufacturés".

UN "J’AIME" de Truckeditions pour ce sujet. CGM 20 septembre 2012

News constructeur septembre 2012

A l’occasion du salon IAA d’Hanovre, Renault Trucks présente une étude de design industriel sur la base d’un véhicule grand routier tout entier tourné vers les économies de carburant. Matériaux nobles, aérodynamisme poussé et innovations technologiques se mêlent dans ce véhicule destiné à donner au constructeur, sur le long terme, un cap dans ses recherches en matière d’économies de carburant.

« Le travail autour de CX/03 est une étude de design industriel et non pas une étude de style » met en garde Hervé Bertrand, directeur du design de Renault Trucks. Ce véhicule s’inscrit dans la lignée des précédents travaux de recherche du constructeur en la matière comme Optifuel Lab. « Il a pour vocation de donner la quintessence de Renault Trucks en matière d’économies de carburant » poursuit Hervé Bertrand « et de lui donner un cap sur le long terme pour ses futures recherches. » C’est pourquoi chaque élément du véhicule a une fonction bien précise qui a été principalement dictée par l’aérodynamisme et l’efficacité.

La calandre tout d’abord. Uniquement composée de sa structure tubulaire en fibre de carbone et en aluminium, elle apparait comme un exosquelette du camion et inspire à la fois la légèreté et la robustesse. Sur sa partie centrale, un panneau amovible rétractable descend dans sa partie basse quand la vitesse du véhicule augmente. Plus bas, un spoiler fait de même pour abaisser la garde au sol et trois lamelles aérodynamiques guident le flux d’air pour le rediriger vers les côtés. Les rétroviseurs, quant à eux, sont réduits à leur plus simple expression et maintenus par deux tubes profilés. Pour eux comme pour chaque élément, l’objectif est identique : favoriser la pénétration dans l’air au bénéfice de la consommation.

Dans le même ordre d’idée, les marches d’accès, sources de turbulences et les roues du tracteur sont couvertes afin de favoriser l’écoulement de l’air. Au niveau de la cabine, l’inclinaison du pare-brise, ce que les designers appellent le « pilier A », est de 12°. Elle offre le meilleur compromis aérodynamique. De plus, elle est légèrement inclinée à l’arrêt pour donner du dynamisme au camion. « Nous voulions faire comprendre, dès le premier regard que tous les éléments de ce véhicule avaient été pensés pour être légers, efficaces et favoriser l’aérodynamisme » précise Hervé Bertrand.

Mais l’aérodynamisme d’un camion ne se limite pas au tracteur. La remorque joue un rôle essentiel. En reprenant des éléments de ses recherches précédentes comme Optifuel Lab, Renault Trucks a donc imaginé une remorque avec le toit bombé, se rapprochant du dessin de la goutte d’eau, avec un carénage latéral englobant toutes les roues et des déflecteurs arrière. De plus, la connectivité entre le tracteur et la remorque a été particulièrement travaillée puisque l’espace entre les deux génère d’importantes turbulences. « Pour les réduire au maximum, nous avons imaginé un système de carénages réglables » explique le directeur du design de Renault Trucks, « lorsque le véhicule est sur l’autoroute, la cabine fait corps avec la remorque et l’écoulement d’air ne connait pas de perturbations. En revanche, à basse vitesse, pour pouvoir manœuvrer le camion, et lorsqu’ils ne sont plus utiles, les carénages se rétractent. »

Véritable machine-outil, dédié à l’efficacité, au sérieux et à l’économie de carburant, CX/03 ne doit cependant pas être considéré comme un monstre froid. « Nous ne voulions pas que le sérieux exclut la passion » se souvient Hervé Bertrand, « pour apporter un peu de chaleur à cette machine-outil, nous avons donc décidé de rajouter sur le côté de la cabine, une plaque d’aluminium avec un dégradé de rouge. Le rouge qui est bien sûr, à la fois la couleur de la passion et celle de Renault Trucks. »

Tous les sujets DESIGN sur Truckeditions ici

JPEG - 57.1 ko

Les derniers articles de Truckeditions à la une

Objectif zéro émission : comment Volvo Trucks aide les transporteurs ?

Depuis la réglementation européenne de 2019, qui vise à réduire les émissions de CO2 des poids lourds de 15 % en 2025 et de 30 % à partir de 2030, nous entendons parler de façon récurrente, de l’apparition progressive des zones à faibles émissions (ZFE) et du mix énergétique destiné à réduire ces émissions de CO2.

La plupart du temps, ce sont les chargeurs, clients des transporteurs, qui challengent toute la filière pour que leurs marchandises soient livrées le plus proprement possible au consommateur final.

Mais ce sont bien les transporteurs qui se retrouvent face à la mise en place de ce fameux mix énergétique au sein de leur flotte.
Distances à parcourir, performances, missions, formation des conducteurs et des ateliers, entretien planifié des véhicules et type d’énergie sélectionnée sont autant de paramètres à étudier pour que le transport soit viable, propre et rentable, et ce n’est pas une mince affaire.