Accueil > Présentation et Essai > Camions amphibies présentés par IVECO au salon nautique international de (...)

Camions amphibies présentés par IVECO au salon nautique international de Gènes

INFO constructeur Octobre 2012



Iveco a présenté le SeaLand, un véhicule amphibie expérimental, ainsi que deux autres véhicules spéciaux destinés à assurer des opérations de secours, lors de la 52e édition du salon nautique international de Gènes, qui s’est tenu au Genoa Fairground du 6 au 14 octobre.

Lors de ce salon qui attire plus de 250 000 visiteurs chaque année, réunissant professionnels du secteur et amateurs de navigation, Iveco a exposé le SeaLand, un véhicule amphibie expérimental conçu par l’ingénieur Maurizio Zanisi sur la base du châssis Daily 4x4 Iveco.

Le véhicule peut être utilisé pour le remorquage de grands yachts. Son air de famille avec le Daily, dont il découle, est évident. Le véhicule a démontré toutes ses performances lors du salon nautique en effectuant un court parcours depuis le bord de mer pour monter sur une jetée et descendre ensuite dans la mer ligurienne.

Bien que le SeaLand soit la star du stand Iveco, ce n’est pas le seul véhicule à se trouver sous les feux des projecteurs. Les compétences de l’entreprise dans le domaine des opérations de secours sont mises en avant avec deux autres véhicules : le RAVx6 « Duffy », un véhicule de sauvetage amphibie muni d’une transmission 6x6 pour les secours effectués par les brigades de pompiers et les unités de protection civile, et un Eurocargo 160E 30 de lutte contre l’incendie équipé d’une échelle pivotante articulée Magirus 32-L AT.

L’espace d’exposition Iveco représente une importante vitrine pour ses véhicules spéciaux et pour ses solutions technologiques innovantes dans le secteur de la lutte contre l’incendie, qui sont réputés pour leur grandes fiabilité et performances.

Informations techniques sur les véhicules

SeaLand – un véhicule fiable et sûr dans l’eau comme à terre

Ce véhicule expérimental est en fait un Iveco Daily 4x4 modifié. Aucun changement n’a été apporté aux éléments mécaniques du véhicule, ce qui confirme l’exceptionnelle robustesse et la qualité du célèbre utilitaire d’Iveco. Bien évidemment, le véhicule a subi un certain nombre de modifications pour lui permettre de naviguer en mer, à commencer par un carénage spécialement conçu pour le rendre étanche, consistant en une « coque » enveloppante en tôle d’acier soudée.

Le véhicule est propulsé par un hydrojet couplé à un puissant moteur turbo diesel de 3 litres tandis qu’une autonomie maximale est assurée grâce à des réservoirs supplémentaires pouvant contenir jusqu’à 300 litres de carburant. Le véhicule a déjà été engagé dans plusieurs missions, y compris une traversée de 14 heures du canal de Corse, soit une distance 75 miles nautiques correspondant à environ 140 kilomètres.

Le RAVx6 « Duffy », prêt à parer à toute urgence

Le véhicule amphibie RAVx6 « Duffy » a été conçu et construit pour garantir une fiabilité et une durabilité à toute épreuve dans des situations d’urgence, telles que des inondations. Le véhicule est capable de manœuvrer dans l’eau, tout comme sur/hors route ainsi que sur des terrains accidentés et boueux. Il est équipé de différentiels sur les essieux avant, central et arrière, dont les dimensions ont été judicieusement adaptées pour permettre au véhicule d’intervenir dans les conditions les plus difficiles.

Le « Duffy » d’Iveco Magirus est muni d’un châssis 6x6 de 15 tonnes à trois essieux. Grâce à un moteur FPT Industrial N60 ENT associé à une boîte de vitesses automatique et une suspension hydropneumatique indépendante, le véhicule peut atteindre des vitesses de 85 km/h sur route.

Le véhicule est également doté d’un système de secours qui permet la navigation amphibie à une vitesse de deux nœuds à pleine charge en cas de panne du moteur principal. La cabine, fabriquée en alliage léger, est entièrement fermée et pourvue de deux portes latérales. Elle peut accueillir deux opérateurs, en plus du conducteur.

Échelle de lutte contre l’incendie

Enfin, l’espace d’exposition Iveco comprend une échelle de lutte contre l’incendie Magirus, entreprise leader dans le domaine des échelles articulées. L’échelle pivotante articulée 32–L AT a été installée sur un Eurocargo 160E30 muni d’un empattement de 4,815 mm et d’une cabine 1+2 ML. Le corps de l’échelle se compose d’un bras de cinq sections différentes et d’une extension télescopique de 4,7 mètres. Elle est équipée d’un système informatisé visant à réduire les oscillations.

Le véhicule adhère également bien au sol grâce au système de sécurité de levage Vario. Avec une hauteur de travail de 32 mètres, l’échelle est équipée d’une nacelle de sauvetage d’une capacité de charge de 300 kg, ainsi que de tuyaux d’eau. La nacelle est également munie d’un système de chargement additionnel capable de soulever une charge allant jusqu’à 400 kg à 32 m du sol.

Plus d’infos sur le salon nautique 2012 de Gènes ICI

D’autres reportages 2012 sur la marque IVECO et ses camions :

ou

JPEG Voir le reportage TRUCKEDITIONS à TURIN

Les derniers articles de Présentation et Essai

DB Schenker électrise le centre-ville de Leipzig avec son eActros

Innovation fleet Program – Phase 2 : Daimler déploie sa stratégie électrique sur le terrain

Concernant le transport de marchandises par route, la transition énergétique continue son chemin activement avec des protagonistes engagés : les constructeurs, les équipementiers et les transporteurs collaborent pour atteindre, dans un premier temps, les objectifs fixés par l’UE à l’horizon 2030.

Un mix énergétique est désormais en voie de développement en fonction des usages et des milieux dans lesquels les camions évoluent pour leurs missions de transport ; en plus des émissions de gaz à effet de serre, il faut également prendre en compte l’analyse du cycle de vie (ACV*) des véhicules, pour qu’au final, le transport, dans sa globalité, obtienne un bilan écologique plus positif. Tous les protagonistes y contribuent activement avec les grands groupes Automobile en première ligne.

Énergie positive dans le transport de marchandises avec eActros : DB Schenker, un des leaders au niveau des services logistiques globaux, va tester un eActros (25 tonnes) pour livrer de la marchandise à Leipzig (produits palettisés trop imposants en taille et en poids pour être livrés en colis en centre-ville). La tournée journalière de l’eActros ne dépassera pas les 100 km, rappelons que son autonomie spécifique est de 200 km (les batteries de ce camion électrique seront chargées la nuit dans les locaux de DB Schenker au nord de la ville).

Le Grand Défi Consommation : IVECO Stralis NP 460 GNL

Cela faisait longtemps que nous souhaitions, sur le circuit du LGDC, tester un « tracteur gaz ».
Beaucoup controversé notamment par ses détracteurs peu convaincus par une motorisation d’abord historiquement dédiée à des usages urbains (BOM) et des déplacements locaux plutôt qu’à des missions long-courrier, présent en France depuis 2014, le tracteur gaz dans ses versions GNC puis GNL a pourtant toute sa place sur la route.

Alors un point s’impose afin de remettre en perspective le combo motorisation gaz et missions de transport longue-distance. C’est factuel et imparable entre 2014 et 2020, selon l’AFGNV, le parc poids lourds GNV a été multiplié par plus de 16, avec en mai 2020, 4 087 camions GNV qui roulent sur les routes de l’hexagone.

Pour autant et malgré d’importants efforts des régions, des fédérations de professionnels, des fournisseurs de gaz et des constructeurs pour valoriser ces motorisations devenues, semble-t-il, aussi performantes que le Diesel, ce sont encore les chargeurs qui, poussés par la pression éco-législative encouragent clairement cette expansion qui pourrait être plus rapide, les réseaux d’avitaillement se développent doucement mais sûrement pour continuer à diminuer les émissions de gaz à effet de serre avec cette technologie déjà viable.
En ligne de mire, il faut garder en tête le règlement de UE imposé aux constructeurs de poids lourds autour de la problématique de la réduction des niveaux de ces GES (en g CO2e / t.km) pour les véhicules neufs de 15% d’ici 2025 et de 30% à l’horizon 2030.

Tout est question de choix stratégiques et économiques dans cette évolution au long cours, ces motorisations gaz sont opérationnelles et plus vertueuses dans le contexte actuel, contrairement à, par exemple, l’électrique, privilégié pour l’avenir et avec un développement qui semble boosté mais dont l’énergie n’a pas toujours une image si verte dans sa fabrication et dans son stockage pour l’instant, sûrement cela va-t-il changer au fil des évolutions et des innovations technologiques dans ce domaine aussi…

Selon IVECO, impliqué et acteur majeur depuis près de vingt ans dans le développement de la techno gaz, les émissions de CO2 générées par le Stralis NP sont jusqu’à 10% inférieures à son équivalent diesel avec du gaz naturel d’origine fossile, et en privilégiant le biométhane, il peut atteindre jusqu’à moins 95% d’émissions. Quant aux émissions de NOx, elles sont de 60% inférieures aux limites euro VI pour les missions long-courrier.

Mais revenons à notre test LGDC avec Jean-François et Vincent à bord du Stralis NP 460 GNL…