Accueil > Présentation et Essai > Arocs : un trois lames pour maintenir ouverte la route vers le Nord (...)

Arocs : un trois lames pour maintenir ouverte la route vers le Nord !

Suède : un Arocs surpuissant sélectionné pour déneiger Åre et ses alentours

C’est un Arocs 3258 TLKG 8x4/2 - essieu postérieur directionnel, délestable et relevable, qui sillonne non-stop les routes du nord-ouest d’Äre, dans le centre de la Suède afin de garder la voie vers le Nord ouverte d’octobre à mai chaque année.

Ainsi le camion peut faire 1000 kilomètres par jour sur ce tronçon de 91 km, cette activité de déneigement constante, nécessite 3 pilotes qui se relayent afin de pouvoir répondre en plus à toutes les situations d’urgence 24H/24.

PNG - 343.2 ko

Il n’est donc pas rare de croiser sur la route non loin de la plus ancienne station de ski scandinave, Jonas Vykander, un des trois conducteurs missionnés, au volant de son Arocs et toujours accompagné de son chien Saika.

Cette machine impressionnante est propulsée par un moteur de type OM 473, qui développe 425 kW/578 ch, les longues sessions de déneigement quotidiennes nécessitent une configuration spéciale avec un chasse-neige frontal, une lame latérale de 1,80 m de haut et une troisième lame sous le camion.

La grande fiabilité de l’Arocs est un atout vital pour les 3 conducteurs, qui ne sont joignables sur leur parcours qu’à 60% tant les conditions météorologiques sont particulières ; et Joans Vykander d’ajouter : « Grâce à sa fiabilité, l’Arocs nous permet d’assurer un travail sans encombre, et en plus, sa consommation de carburant est optimisée par rapport au camion avec lequel nous travaillions auparavant ».

CGM pour Truckeditions

Plus d’infos sur les camions Mercedes-Benz, c’est par ici :www.media.daimler-france.fr

Le Wiki de Åre, c’est par ici : https://fr.wikipedia.org/wiki/Åre

Les derniers articles de Présentation et Essai

Le Grand Défi Consommation : IVECO Stralis NP 460 GNL

Cela faisait longtemps que nous souhaitions, sur le circuit du LGDC, tester un « tracteur gaz ».
Beaucoup controversé notamment par ses détracteurs peu convaincus par une motorisation d’abord historiquement dédiée à des usages urbains (BOM) et des déplacements locaux plutôt qu’à des missions long-courrier, présent en France depuis 2014, le tracteur gaz dans ses versions GNC puis GNL a pourtant toute sa place sur la route.

Alors un point s’impose afin de remettre en perspective le combo motorisation gaz et missions de transport longue-distance. C’est factuel et imparable entre 2014 et 2020, selon l’AFGNV, le parc poids lourds GNV a été multiplié par plus de 16, avec en mai 2020, 4 087 camions GNV qui roulent sur les routes de l’hexagone.

Pour autant et malgré d’importants efforts des régions, des fédérations de professionnels, des fournisseurs de gaz et des constructeurs pour valoriser ces motorisations devenues, semble-t-il, aussi performantes que le Diesel, ce sont encore les chargeurs qui, poussés par la pression éco-législative encouragent clairement cette expansion qui pourrait être plus rapide, les réseaux d’avitaillement se développent doucement mais sûrement pour continuer à diminuer les émissions de gaz à effet de serre avec cette technologie déjà viable.
En ligne de mire, il faut garder en tête le règlement de UE imposé aux constructeurs de poids lourds autour de la problématique de la réduction des niveaux de ces GES (en g CO2e / t.km) pour les véhicules neufs de 15% d’ici 2025 et de 30% à l’horizon 2030.

Tout est question de choix stratégiques et économiques dans cette évolution au long cours, ces motorisations gaz sont opérationnelles et plus vertueuses dans le contexte actuel, contrairement à, par exemple, l’électrique, privilégié pour l’avenir et avec un développement qui semble boosté mais dont l’énergie n’a pas toujours une image si verte dans sa fabrication et dans son stockage pour l’instant, sûrement cela va-t-il changer au fil des évolutions et des innovations technologiques dans ce domaine aussi…

Selon IVECO, impliqué et acteur majeur depuis près de vingt ans dans le développement de la techno gaz, les émissions de CO2 générées par le Stralis NP sont jusqu’à 10% inférieures à son équivalent diesel avec du gaz naturel d’origine fossile, et en privilégiant le biométhane, il peut atteindre jusqu’à moins 95% d’émissions. Quant aux émissions de NOx, elles sont de 60% inférieures aux limites euro VI pour les missions long-courrier.

Mais revenons à notre test LGDC avec Jean-François et Vincent à bord du Stralis NP 460 GNL…

Le Grand Défi Consommation : MAN TGX 18.470 4X2 BLS - EURO 6 D

Dernier opus du constructeur bavarois avant la nouvelle cabine TG, le MAN TGX 18.470, modèle créé en 2001 et relifté en 2008, garde toute sa pertinence de grand routier et c’est bien ce que nous allons vous démontrer avec ce nouveau Grand Défi Consommation.

En effet, avec la sortie juste avant notre grande période de confinement cette année, d’une nouvelle gamme de véhicules présentée comme une solution globale de transport, le constructeur au Lion* mise encore et toujours sur le confort, la puissance de ses chaînes cinématiques et le silence observé dans les cabines des camions, une manière de dire aux chauffeurs qu’ils restent le centre des préoccupations de la marque.

Voyons, avec Jean-François et Vincent, ce que cet incontournable de la route a sous le capot, en dépit de sa « maturité » accentuée par l’arrivée de son benjamin cette année, puisque le TGX version 2018 va être présent sur les routes encore une belle période, intéressons-nous à son comportement et à ses performances pendant ce Grand Défi Consommation de Truckeditions.