Accueil > VU SUR LE WEB > AROCS, une invitation au combat !

AROCS, une invitation au combat !

Historique du camion TP avec une infographie Truckeditions

La présentation récente de l’Arocs, est une occasion pour Truckeditions de vous rappeler les points cruciaux de l’histoire du BTP chez Mercedes-Benz, voici également une illustration (infographie en fin d’article) qui permet de visualiser en 3,5 secondes les fondamentaux, bonne lecture :-)

JPEG - 223.5 ko


1896 est une année décisive pour le monde économique et le développement industriel de nos sociétés modernes : Gottlieb Daimler invente le camion. Moultes perpectives de développement et de commerce deviennent alors réalisables.

1897, un an plus tard, c’est l’arrivée du camion de cinq tonnes de charge utile, la Daimler-Motorengesellschaft se positionne déjà comme un leader du marché du véhicule BTP.

1904 voit la naissance du camion à benne basculante, un système (actionné à l’aide d’une manivelle et d’une crémaillère) qui va faire ses preuves jusqu’en 1920 en ouvrant la voie au transport de matériau en vrac, pratique !
Cette année est charnière et « bascule » vers l’ère hydraulique avec un changement radical de l’usage de la benne, le vérin hydraulique offre la possibilité de décharger les produits en vrac de 3 manières différentes selon la direction choisie.

Il faut noter qu’à cette période, les camions utilisés sur les chantiers étaient simplement des camions « routiers » bénéficiant de quelques modifications afin de s’adapter aux terrains difficiles de l’univers construction (porte-à-faux réduit à l’arrière ou notamment réglages au niveau de la suspension et du châssis).

Le LK 10 000 (voir infographie Truckeditions) est le premier camion Daimler à avoir une charge utile de 10 tonnes au niveau de la benne, c’était en 1937.

A partir des années 60, Daimler lance sur le marché ses premiers véhicules 3 essieux, qui viennent rejoindre leurs concurrents déjà connus Man, Magirus, Krupp, qui proposent des versions 6X4 ou 6X6 : le LK 2220 (voir infographie Truckeditions) et le LAK 2220 à nez plat ou capot court. Ces machines robustes restent bien connues pour leur longévité légendaire dans le monde entier.

International sera le parcours des Daimler Construction, leur capacité de franchissement et leur capacité de « portage » sont des gages de confiance pour leurs acquéreurs.

Le constructeur le dit lui-même en puisant dans ses archives  : « Pour être aussi à l’aise sur les terrains impraticables, le nouveau camion trois essieux s’appuyait sur une technique des plus évoluées.
Ainsi, son épine dorsale était constituée d’un cadre ultra-résistant en forme de ventre de poisson dont les traverses étaient rivetées et dont la partie avant était plus large que la partie arrière. Les ponts arrière étaient suspendus à deux bras inférieurs et un bras supérieur sans entretien pour gérer les efforts en traction et au freinage, tandis que les ressorts paraboliques avaient pour seule fonction d’amortir les forces transversales et le poids de la charge. »

Autour de 1965, une stratégie de démultiplication de l’offre est décidée et Daimler-Benz s’engage sur de nouveaux marchés en faisant le choix d’élargir sa gamme de camions et de cibler des compétences multiples liées au transport utilitaire.

Ces choix stratégiques s’avèrent décisifs et génèrent une croissance de 440% entre 1965 et 1974. Arthur Mischke, alors responsable du développement, synthétise ainsi la stratégie de l’entreprise : « Le système modulaire a été exploité selon une logique telle qu’avec un minimum de composants et de pièces, nous avons réussi à développer un maximum de solutions pour répondre à tous les besoins en matière de transport ».

Standardisation, modularités et innovations entrent dans la structure de l’ADN de la marque Mercedes-Benz.

Le confort du conducteur est aussi important que les performances du moteur, les cabines sont étudiées pour une meilleure sécurité, elles sont mieux isolées, l’ergonomie du poste de conduite est étudiée et améliorée (système de commande de boîte fixe etc).

En 1986, autre étape importante, les porteurs quatre essieux passent à 32 tonnes.

1997 voit arriver une gamme qui nous est plus familière : l’Actros, une évolution technique tangible (la boîte de vitesses se dote d’une commande hydraulique-pneumatique etc).

En 2003, la deuxième génération d’Actros TP est présentée (vive la boîte auto de série ! et le système de freinage Telligent), complétée en 2004 par l’Axor TP.

En 2008, la nouvelle boîte 12 vitesses automatisée Powershift Offroad équipe l’Actros 3.

Le 28 janvier 2013, nous a été présentée à Munich, la gamme Arocs, spectaculaire design vraiment typé tout-terrain et chantier, il reste une parfaite illustration de l’identité Mercedes-Benz, déclinaison pure et absolue.
 
Son nom est une invitation au combat et sa calandre un avertissement, qui s’y frotte, si...

Catherine Godeloup pour Truckeditions - 07.02.2013

Visualisez et/ou téléchargez l’infographie Truckeditions -BTP MERCEDES-BENZ ici

JPEG - 58.2 ko
JPEG - 852.3 ko



Les derniers articles de VU SUR LE WEB

Très bonne année 2019 à tous les professionnels du TRM

Hâte de partager de nouveaux sujets avec vous ;)
Catherine et Vincent